actualités

grande voix

nos partenaires

boutique

restez connectés

fiches ffme

écoute dopage Espace éco-citoyen FFME développement durable

La FFME soutient les clubs, CT et Ligues dans la pratique de la multi-activités

Actualités Divers - 28/12/17 à 11:36

Retour sur le Plan Multi-Activités mis en place par la FFME depuis 2016, et des bourses versées pour accompagner les licenciés motivés dans la réalisation d’un projet d’initiation ou de découverte d’une nouvelle activité dans leur club.

La FFME soutient les clubs, CT et Ligues dans la pratique de la multi-activités
© FFME

L’idée des bourses d’aide au développement de la multi-activités a germé suite au constat que la majorité des clubs FFME étaient exclusivement orientés sur l’escalade en structure artificielle. Néanmoins, les retours d’expériences sur des partages d’autres activités de la FFME au sein des clubs restent nombreux, et particulièrement précieux pour nombre de licenciés. La multi-activités, si elle est une réalité au sein de la fédération, n’est cependant pas toujours aisée à mettre en œuvre. Même si l’envie et la passion existent dans les clubs, parfois la proximité ou non des sites naturels peut compliquer l'engagement vers certaines pratiques de la FFME.

 « Le Plan Multi-Activités, défini par le plan stratégique de l’olympiade 2013-2017 de notre Président Pierre You, a ainsi pu être mis en place dès 2016, avec l’idée d’accompagner les clubs, CT et ligues qui souhaitaient développer une nouvelle activité ou la multi-activités en leur sein, explique Françoise Ducoeur, vice-Présidente de la FFME, et responsable du groupe de projet Multi-Activités. Précisons que nous entendons par multi-activités : toutes les activités autres que l’escalade en SAE. »

Un plan qui répond à un besoin de pérennisation

Les bourses multi-activités ont pour vocation d’accompagner les licenciés motivés dans la réalisation d’un projet d’initiation ou de découverte d’une activité nouvelle dans leur club, les aider à s’approprier les modalités d’organisation de cette activité (règles de sécurité, conditions d’encadrement…), avec la perspective de développement ultérieur (formation des bénévoles, inscription de l'activité dans celles proposées par le ou les clubs…).

 « Les principaux critères pour l’attribution de ces bourses furent donc, d’une part qu’il s’agisse vraiment d’une nouvelle activité pour l’institution répondant à l’appel à projet, et d’autre part que cette nouvelle activité s’inscrive dans un plan de pérennisation au sein de l’institution avec la formation de professionnels ou bénévoles pour son encadrement régulier, avec passages de diplômes et/ou de passeports à la clé », poursuit Françoise Ducoeur.

Dès le premier appel à projets, dix clubs, trois CT et la Ligue Occitanie (anciennement CR Midi Pyrénées), ont répondu. Cette dernière avec un projet d’envergure qui fut accompagné sur deux années d’affilée.

Au total, depuis le premier appel à projet en 2016 : 16 clubs, 2 ligues (Occitanie et Grand Est,) et cinq CT ont été soutenu par ces bourses, pour une somme globale de 20 000 euros (soit 10 000 euros par an).

« A noter que, pour cette nouvelle olympiade, cette aide va certainement évoluer vers un appel à projet, uniquement à destination des clubs », précise Françoise Ducoeur.

Le CT du Rhône a osé la multi-activités

Grace à l’aide versée par la FFME dans le cadre des bourses multi-activités, huit jeunes adhérents du CT du Rhône (à l'image ci-dessus et ci-dessous) ont pu profiter, cet été, d’un séjour multi-activités au cœur des somptueux paysages du Sud-Est, du massif du Mercantour (Alpes Maritimes) aux calanques des Bouches du Rhône, en passant par Finale Ligure en Italie. Au programme : canyonisme (Audin et La Maglia), escalade sur falaise et grandes voies et traversées au bord de la mer.

« Outre la découverte de sites exceptionnels, c’est également pour les jeunes l’occasion de vivre en communauté et pour les encadrants d’expliquer ou rappeler, pour l’ensemble des activités proposées, les règles de sécurité et la préservation de l’environnement dans lequel nous évoluons. Pour la plupart des jeunes, ces activités furent une vraie découverte, qui laisse un fort souvenir de plaisir et d’émotions », témoigne Stéphane Massin, assistant technique départemental, et encadrant sur ce stage.