actualités

nos partenaires

boutique

restez connectés

ffme imag

fiches ffme

écoute dopage FFME développement durable

Sébastien GNECCHI nous raconte sa saison internationale handi escalade

Escalade - 04/01/16 à 11:11

L'entraîneur national revient pour vous sur les performances 2015 des athlètes de l'équipe de France handi escalade. Ainsi que sur l'avenir de sa discipline.

Sébastien GNECCHI nous raconte sa saison internationale handi escalade
© FFME
Comment as-tu abordé cette saison 2015 ? 
 
Après les Championnats du Monde de Gijon, les regards des grimpeurs étaient déjà braqués sur les Championnats du monde de Paris Bercy 2016. Je craignais que les membres de l'équipe se démobilisent un peu cette année, car ce rythme de compétition est nouveau pour eux. Le calendrier international est sorti très tard pour le paraclimbing, ce qui ne m’a pas permis de donner très tôt aux grimpeurs des objectifs précis. Nous espérions beaucoup avoir un championnat d’Europe. Quand nous avons appris que Chamonix ferait office d'épreuve continentale, l’attention s’est portée naturellement sur cette compétition et nous avons pu travailler plus précisément.  
 
Avais-tu des attentes particulières ? As-tu fixé des objectifs à ton groupe ?
 
Comme toujours, on espère des podiums internationaux. Même s’ils avaient des objectifs individuels, le principal pour les athlètes handi escalade était surtout d’acquérir plus d'expérience en vue de Bercy. Certains grimpeurs ont même découvert les compétions internationales cette saison. D’autres commencent à être bien rodés et il faut entretenir leur motivation. 
 
L’ambiance est bonne dans l'équipe et tout le monde est centré sur la performance. L’intégration des nouveaux est facile avec le groupe actuel. Pour tous, l’objectif était la médaille sur chaque compétition et surtout aux Championnats d’Europe.
 
 
Quels ont été pour toi les moments forts de cette saison 2015 ? Les étapes déterminantes ? 
 
Le moment fort reste Chamonix (merci encore une fois à la ville pour son accueil). Cette année, nous avions les finales le soir et l’ambiance était cette fois encore indescriptible. L’équipe de France avait à cœur de réussir et de se dépasser. Sur l'ensemble de la saison, des individualités ressortent : Mathieu BESNARD continue sa moisson de victoires, même en étant jeune papa. Oriane MORENO progresse chaque année. Mathieu BARBE réalise son premier podium sur un championnat international. Et Serge LAURENCIN montre que même en étant papi, il est toujours bien présent !
 
Quels sont les enseignements que tu tires de cette saison 2015 ? Les points forts et les choses à corriger ?
 
De manière générale, ce qui n’était pas évident à gérer cette année, c’était le faible nombre de compétitions internationales. C’est compliqué pour un athlète de s’entraîner toute l’année pour deux événements. Nous avons beaucoup parlé pour gérer cette frustration.
 
Sinon, je regrette que nous n’ayons pas réussi à être bien présents à Chamonix dans la catégorie déficient visuel. Les Italiens ont été bien meilleurs. Cela va piquer un peu Nicolas MOINEAU et Mathieu BARBE, qui vont s’entraîner plus fort pour être prêt à Bercy. Nicolas n’était pas très en forme. Quelques soucis de santé ne lui ont pas permis d’être au top. Pour Mathieu, c’était son premier podium sur un championnat international : cela lui a permis d’emmagasiner de la confiance. A la Paraclimbing Cup de Sheffield, il était très en forme, notamment sur la finale. 
 
En déficient physique et neurologique, Mathieu BESNARD continue ses belles performances. Un nouveau titre ajouté à son palmarès déjà bien rempli. Oriane MORENO tire des enseignements à chaque compétition, c'est de bonne augure. Serge LAURENCIN, malgré son âge, nous montre qu’avec de la volonté, du sérieux et de l’entraînement, il reste bien présent. Il faudra compter avec eux à Bercy. 
 
Et puis, il y a les grimpeurs qui pointent le bout de leur nez. Je pense en particulier à Lucie JARRIGE et à Julien REY, qui devraient commencer à peser la saison prochaine. Ils sont encore jeunes mais s’ils continuent à s’entraîner avec sérieux, ils pourraient faire partie des bonnes surprises l'automne prochain. D’autres grimpeurs poussent aussi derrière mais n’ont pas eu encore accès aux compétitions internationales. Affaire à suivre. Enfin, notre porte n'est pas fermée : j’espère toujours que des nouveaux grimpeurs se fassent connaître !
 
Quelles vont être les pistes de travail pour la saison 2016 ? Comment appréhendes-tu les championnats du monde ?
 
Je ressens une excitation particulière pour Bercy. Toute l’équipe est pressée de vivre ce grand moment. Mon boulot d'entraîneur est de permettre aux athlètes de gérer cette excitation et de se centrer sur le travail.
 
J’essaye aussi d’étoffer l’équipe de France pour réussir à aligner des prétendants au podium dans le plus de catégories possibles. Mais attention : l'idée n'est pas du tout de faire de la figuration !
 
A court et surtout à moyen terme, considérant les évolutions de la discipline, y a t-il des changements en perspective dans la manière d'aborder la compétition ? 
 
L'handi escalade évolue. Les ouvreurs continuent d'apprendre sur le style de voies qu'ils peuvent proposer et sur les mouvements qu’ils peuvent créer dans chaque catégorie. De notre côté, cela nous oblige à travailler sans cesse et à nous mettre dans toutes les situations possibles. Une chose ne changera jamais : pour gagner, il faut être un guerrier sur le mur.
 
Qu'est ce qui fera selon toi le champion de demain ? Comment penses-tu que la discipline va évoluer ?
 
Le champion de demain sera celui qui sera le plus complet possible. Capable d’évoluer dans des voies très résistantes avec une grimpe très rythmée. Capable également d’être décisif dans les passages les plus typés « bloc ». Mais le physique ne fait pas tout : il faut aussi un mental à toute épreuve.
 
Le paraclimbing évolue énormément en ce moment. Le règlement va être plus complet. Des choses se mettent en place pour rendre la discipline plus professionnelle. Le train est en marche et - grâce aux moyens mis en place par la FFME depuis Bercy 2012 pour le développement de la discipline - nous sommes dans le bon wagon. 
 
De belles compétitions internationales ont eu lieu en France, que ce soit à Chamonix ou à Laval. Le club de Massy nous soutient également depuis trois ans et accueillera cette année le premier Championnat de France handi escalade. Il y a encore du travail mais c’est en bonne voie…
 
Equipe de France d'escalade