actualités

nos partenaires

boutique

restez connectés

ffme imag

fiches ffme

écoute dopage Espace éco-citoyen FFME développement durable

Tétras-lyre, une espèce sensible à protéger

Montagnisme - 25/01/16 à 14:54

La LPO a répertorié les zones d’hivernage du tétras-lyre proches du Mont Jovet (73).

Tétras-lyre, une espèce sensible à protéger
© FFME

Découvrir le tétras-lyre

 
Le tétras-lyre vit entre 1400 et 2300 m d’altitude, dans la zone dite de transition entre la forêt et les pelouses alpines (limite supérieure de la forêt). Il affectionne les landes à Ericacées comportant des plages herbacées et des arbres espacés.
 
Sédentaire, le tétras-lyre est une espèce qui doit lutter contre le froid tout en ne disposant que de ressources alimentaires limitées. Pour survivre, il se doit donc de limiter sa consommation d’énergie. Pour ce faire, le tétras-lyre creusera un « igloo » (si la neige est poudreuse sur une épaisseur d’au moins 40 cm) ou, à défaut d’igloo, recherchera un épicéa dense ou une niche au sol pour s’abriter. 
 
Comme nous l’indique Capucine Piétracq, de la LPO Savoie, « il est important de protéger le tétras-lyre car c'est un oiseau dont les populations ont diminué de 25% entre 1975 et aujourd'hui. De plus, la région Rhône-Alpes abrite les 2/3 de la population française de cette espèce. Les deux causes principales de son déclin sont humaines : 
  • aménagement touristique (stations de ski, ...);
  • abandon de l'agriculture de montage ou surpâturage ».
 
Le passage d’un skieur ou d’un randonneur à proximité d’un tétras-lyre peut l’effrayer et l’amener à quitter sa loge précipitamment et/ou s’envoler brusquement. Le dérangement lui fait perdre de la chaleur, le fatigue inutilement et le met à portée de prédateurs, le temps de retrouver un abri. Sa survie hivernale et ses chances d’arriver en bonne forme pour la période de reproduction en sont donc compromises.

Une espèce en danger

 
Cette espèce emblématique des Alpes est aujourd’hui en danger et il convient donc de respecter un certain nombre de règles afin que la cohabitation se fasse au mieux et qu’ainsi, Hommes comme animaux, puissent profiter de la montagne et des terrains de jeux qu’elle offre.
 
Pour limiter la dépense énergétique de cette espèce pendant la période hivernale, il est donc crucial de ne pas la déranger. Si vos raquettes ou vos skis vous conduisent au Mont Jovet, s’il vous plaît, évitez les zones indiquées sur la carte ci-dessous. Ces zones, dîtes sensibles, correspondent aux zones d’hivernage du tétras-lyre, zones dans lesquels « plusieurs individus peuvent se retrouver, où la neige sera poudreuse le plus longtemps possible et où la présence de nourriture lui évite de trop se déplacer » précise Capucine Piétracq.
 
 
Si vous voulez tout savoir sur le tétras-lyre, rendez-vous sur le site de la DREAL pour découvrir l'outil « Partageons la poudreuse avec le tétras-lyre ». Celui-ci vous permettra d’accéder, pour certains secteurs, à la cartographie des zones sensibles tétras-lyre.
« Ces cartes ont été réalisées par la mise en commun des connaissances entre pratiquants de la montagne (guides, accompagnateurs, ...) et connaisseurs de l'espèce (LPO, Observatoire des Galliformes de montagne, Office national des Forêts, chasseurs, ...) et s’inscrivent dans le plan régional d'action en faveur du tétras-lyre, qui est en cours dans la région Rhône-Alpes. Cette initiative de la DREAL et du Conseil Régional regroupe une vingtaine d'actions pour protéger le tétras-lyre, comme l'amélioration des connaissances de l'espèce, la gestion des habitats, ou encore des actions concernant les problématiques liées aux stations de ski ».
 
L'élaboration de l'outil internet de sensibilisation "Partageons la poudreuse", coordonnée par la LPO, est le résultat d'un travail mené en partenariat avec des nombreux acteurs dont la FFME.
 

 

Voir et télécharger la carte : Carte