actualités

grande voix

nos partenaires

boutique

restez connectés

fiches ffme

écoute dopage Espace éco-citoyen FFME développement durable

Direct Info - Mai 2019 - Équipes de France d'escalade

Direct Infos - 02/05/19 à 14:35

Toute l'actualité des équipes de France d'escalade durant le mois d'avril 2019.

Direct Info - Mai 2019 - Équipes de France d'escalade
© FFME

Fanny Gibert, la leader française du bloc commence bien la saison avec une très prometteuse 4e place sur la première étape de la Coupe du monde de bloc 2019 qui se tenait à Meiringen (SUI), ces 5 et 6 avril. Retrouvez les résultats complets.

Fanny Gibert, 3e à l’issue de la demi-finale

Avec trois blocs à vue, c'est une Fanny Gibert particulièrement appliquée dans son escalade qui prenait samedi matin la 3e place de la demi-finale féminine. « Fanny a été très juste dans son escalade. Elle fait résolument partie des meilleures mondiale. La finale s’annonce électrique »,  assurait Daniel Du Lac, entraîneur national.

Julia Chanourdie, 5e à l’issue des qualifications, a montré quant à elle moins de réussite sur cette demi-finale. Elle prend la 17e place de la compétition. « Julia revient à la compétition et a su prendre une très belle place en demi-finale. Elle y a manqué d’engagement et de précision, admet Daniel Du Lac.Il faut tout de même préciser que ces étapes de Coupe du monde de bloc sont très énergivores mentalement. Les qualifications pour Julia ont représenté 4h d’isolement et 50 minutes de compétition. Elle n’y est pas habituée, il faut qu’elle retrouve ses marques. Néanmoins, elle est tout à fait dans la course. Elle va donc continuer à progresser dans son rôle d’outsider capable de prendre une place en finale. »

Chez les femmes, c’est au contraire le bloc 1 qui fait d’entrée de jeu la différence entre les grimpeuses. Shauna Coxsey (GBR) et Akyo Noguchi (JPN) l’enchaînent rapidement, tandis que Janja Garnbret (SLO) tombe à trois reprises avec le bac final en main. Fanny Gibert et les deux autres compétitrices ne décollent pas des premiers mouvements.

Le bloc 2 réussit mieux à Fanny Gibert. Tout en finesse au début, il est plus dans son style. Elle le valide au 4e essai, à 2 secondes du temps imparti.

« Fanny a topé ce bloc sous la pression du temps, avec la classe d’une grande championne, confie Daniel Du Lac. Il lui faut réussir à imprimer cette manière de grimper à chaque bloc, car elle a manqué d’audace pour optimiser certains transferts dès les premiers essais. Les prochaines étapes de Coupe du monde lui permettront de le faire. »

Puis les deux derniers blocs s'enchaînent pour Fanny Gibert. Une zone validée à vue dans un bloc 3 qu’elle a bien failli sortir. Et puis un bloc 4 extrême, que seules Janja Garnbret et Akyo Noguchi parviendront à résoudre. Au final, la Française termine au pied du podium. Une prometteuse 4e place qui ne satisfait bien évidement pas la championne de France. « Fanny Gibert est dans le match et c’est le plus important, assure Daniel Du Lac. Elle tire toute l’équipe de France vers le haut et montre qu’il est possible d’entrer en finale, et de prendre le chemin du podium. »

Finalement, ce sont bien les trois grimpeuses les plus performantes dans le premier bloc qui composent ce podium féminin. Janja Garnbret en tête, suivie d’Akyo Noguchi (argent) et Shauna Coxsey (bronze).

A suivre, la prochaine étape de la Coupe du monde de bloc, qui se tiendra le week-en prochain, à Moscou (RUS).

Retrouvez les résultats complets

Retrouvez le résumé des qualifications

Bassa Mawem a remporté, ce vendredi, la première étape de la Coupe du monde de vitesse. Chez les femmes, Anouck Jaubert prend l'argent. Résumé de la compétition. 

Bassa Mawem a marqué les esprits ce vendredi soir à Moscou, pour la première étape de la Coupe du monde de vitesse 2019. En tête des qualifications, le Français a fait preuve d’une incroyable régularité, en parvenant à réaliser ses cinq runs de compétition entre 5’’79 et 5’’65. Aucun de ses adversaires ne parvient à atteindre le buzzer avant lui. Bassa Mawem remporte sans contest cette première étape de la Coupe du monde de vitesse 2019.

" C'est la première fois que je viens à Moscou. Je suis vraiment content d'y accrocher l'or d'entrée de saison. Cela fait quelques temps que j'ai de très bonnes sensations, je sais que j'ai encore progressé cette année car je me sens plus en forme que jamais. Cette première place est importante pour moi. Elle me permet de bien commencer le combiné. Maintenant je vais encourager mon frère et tous les autres Français pour l'épreuve de bloc et je vais prendre un peu de temps pour me reposer avant la Chine. " 

Chez les femmes, Anouck Jaubert se qualifie en phases finales avec une 7e place au classement provisoire. La leader mondiale passe correctement son premier duel de 16e. En 8e de finale, elle se retrouve face à Ariès Susanti, qui sur le papier présente des meilleurs temps depuis le début de la compétition. Mais la Française parvient à se mobiliser au bon moment. Un 7’’80 lui permet de devancer l’Indonésienne. Anouck Jaubert remporte ensuite tous ses duels jusqu’à la finale face à la jeune Yi Ling Song (CHN), 18 ans, qui signe un très beau run en 7’’38. La Française se contente de l’argent.

Aurélia Sarisson, après une belle 13e place en qualifications, perd son duel de 8e de finale et prend la 9e place.

A suivre, demain dès 8h30, la 2e étape de la Coupe du monde de bloc qui débutera avec les qualifications femmes.

Résultats messieurs

1 Bassa Mawem

2 Deulin Vladislav (RUS)

3 Aspar Jaelolo (INA)

23 Mickael Mawem

32 Manu Cornu

38 Sam Avezou

65 Alban Levier

86 Guillaume Moro

 

Résultats femmes

1 YiLing Song (CHN)

2 Anouck Jaubert

3 Iuliia Kaplina (RUS)

9 Aurélia Sarisson

20 Victoire Andrier

51 Julia Chanourdie

61 Fanny Gibert

63 Manon Hily

Retrouvez les résultats complets de la compétition

Fanny Gibert vient de s'offrir son premier podium de la saison en remportant la médaille de bronze sur la deuxième étape de la Coupe du monde de bloc 2019. Retrouvez les résultats complets.

La leader française est passée à un petit essai de l’argent, dans un circuit où il fallait sortir les quatre blocs pour monter sur le podium. Fanny Gibert s’offre le luxe de ne perdre que deux essais sur tout ce circuit. Deux petits essais de calage dans le troisième bloc, sur un mouvement en double jeté avec une réception en compression, qui lui coutent l’argent. Car ce sont les seules erreurs que Fanny Gibert commet. Ses trois autres blocs, elle les enchaine à vue, sans trembler.

Elle n’aurait pu prétendre à l’or que la Slovène Janja Garnbret, en tête de la demi-finale, décroche à nouveau avec un parcours sans faute (quatre blocs à vue).  Mais l’argent était accessible. Ex-aequo à la deuxième place avec  Shauna Coxsey (GBR) sur cette finale, avec 4 bloc en 6 essais, les deux femmes sont départagées sur les résultats de demi-finales, en faveur de l’Anglaise. Mais pour ce soir, peu importe, Fanny Gibert est aux anges. « Je savoure ce premier podium. C'est vrai que ces blocs de finale étaient plutôt faciles, mais il fallait tous les faire. Je suis vraiment heureuse de n'avoir rien lâché. J'avais toute l'équipe de France en soutien, c'était très fort. J'ai fait une super compétition et c'est de bon augure pour la suite. »

« Cette finale femme a manqué saveur du point de vue des coachs et des spectateurs. Nous sommes frustrés de cette finale assurément trop facile, car nous savons que ces athlètes qui s’entraînent vraiment dur toute l’année n’ont pas pu s’exprimer au maximum de leur potentiel, confie Daniel Du Lac, entraîneur national. En revanche, ce qui est intéressant pour Fanny, c’est que, dans ce circuit, elle a su tenir son rang, faire très peu d’erreurs et aller chercher cette médaille. Sans oublier que dans des circuits très difficiles, comme ceux des demi-finales, elle a également été capable de répondre présente avec sa grande intelligence gestuelle et technique. La leader française est constante dans ses performances et on sent qu’elle prend du plaisir à grimper en compétition. Ce soir, elle fait un podium. J’espère que demain elle nous montrera qu’elle est capable de gagner ! »

Chez les hommes, la compétition est remportée par le Slovène Jernej Kruder, qui s’impose devant Adam Ondra (CZE) et Yoshiyuki Ogata (JPN).

Retour sur les demi-finales

Chez les femmes, le circuit de demi-finale s’est avéré extrêmement relevé. Chaque bloc présentait un nouveau combat, rien que pour aller chercher la prise de zone. Fanny Gibert s’est démenée comme une lionne. Elle est la seule athlète à valider les 4 zones. « Fanny peut-être très fière de son circuit, confirme Daniel Du Lac. Elle a manqué un peu de réussite, car elle a été la plus proche de sortir le bloc 4. Mais elle prend sa 3e place au provisoire très honorablement. Puis, quand on est en finale, c’est vraiment une nouvelle compétition qui commence, on ne peut qu’espérer un podium. »

Chez les garçons, le circuit proposé était également très physique, très relevé, avec beaucoup de compressions et de mouvements complexes. Manu Cornu, meilleur Français, a eu du mal à trouver ses repères dans ce type de mouvements. « Il n’a pourtant rien lâché, est allé au bout de lui-même en faisant énormément d’essais. Lui aussi réalise l’exploit d’aller chercher les 4 zones, ce qui lui permet de prendre cette 7e place. Il lui a manqué un rien pour entrer en finale. Les progrès sont là, il vient de prouver à tous que l’équipe de France masculine est capable de rejoindre cette finale de Coupe du monde. »

Alban Levier signe lui aussi une belle entrée dans le circuit. Animé d’une dynamique très positive, il n’est malheureusement pas récompensé de ses efforts dans le bloc 3, où il ne lui a manqué qu’un petit équilibre pour toper. Il termine 14e de l’étape

Enfin, Mickael Mawem 3e à l’issue des qualifications n’a pas réussi à s’exprimer dans ce circuit de demi-finale. « Il s’est pourtant bien battu, témoigne Daniel Du Lac, mais sur ce circuit là, ça n’a pas marché. Mickael a été généreux dans l’effort et c’est ce que j’ai envie de garder. Car ce sera récompensé, tôt au tard. Au bilan, j’ai été ravi de voir, dans ces demi-finales, des Français qui montent en puissance, en confiance et en motivation. Ils ont su jouer, se mettre vraiment dedans. Je suis certains qu’ils vont être encore plus performants sur les prochains rendez-vous. »

A suivre, la prochaine étape de la Coupe du monde de bloc et de vitesse qui se tiendra à Chongking (CHN) du 26 au 28 avril prochains.

Retrouvez les résultats complets

Le favori Français, Bassa Mawem, zippe en 1/8e de finale de la 2e étape de la Coupe du monde de vitesse et laisse l’Indonésien Alfian Muhammad filer vers l’or. Chez les femmes, Anouck Jaubert est battue à la régulière en demi-finale par la future vainqueur de l’étape, la Chinoise YiLing Song.

Anouck Jaubert au pied du podium

Elles étaient deux Françaises à se qualifier pour les phases finales de cette étape chinoise de la coupe du monde, après l’élimination en qualifications de Victoire Andrier, 18e temps de la première manche en 8’44.
 
Dans le deuxième tour, Aurélia Sarrisson et Anouck Jaubert ont été toutes les deux victimes de la même adversaire, la Chinoise YiLing Song, vainqueur de l’étape et déjà en or à la mi-avril à Moscou. Pour Aurélia Sarisson, l’aventure s’est arrêtée dès les 1/8e de finale : la Française s’y incline en 8’12 contre 7’68 pour la Chinoise. Un temps qui lui permet de prendre la 11e place de la compétition.
 
Pour Anouck Jaubert, l’aventure s’est poursuivie jusqu’à la petite finale. Mais si son premier duel ne lui a posé aucun problème, la vainqueur du classement général de la coupe du monde 2017 et 2018 a eu plus de difficultés à s’imposer face à l’Indonésienne Aries Susanti, que la Française a éliminé pour seulement 2 centièmes d’avance au buzzer final !
Restait une grosse marche avant la finale : il fallait battre YiLing Song. Une marche que la Française n’est pas parvenue à monter : elle s’incline à la régulière face à la foudroyante athlète chinoise (- 2 dixièmes au buzzer).
 
En petite finale, opposée à la Russe Iuliia Kaplina, la Française a eu les yeux rivés sur la médaille de bronze jusqu’au dernier jeté de la voie à l’amorce duquel Jaubert zippe du pied gauche, laissant la Russe prendre la troisième médaille du jour.
 

Mawem zippe en 1/8e, Muhammad s’impose

Bassa Mawem, seul Français de ces phases finales masculines, était le grand favori. Un statut qu’il a acquis suite à sa victoire au classement général de la coupe du monde de vitesse 2018 et suite à sa médaille d’or à l’issue de la première étape moscovite de la saison. Malheureusement pour le Français, il a zippé dès le premier duel de ces phases finales. Un duel pourtant largement à sa portée face à ZhiYong Ou.
 
En haut du classement, l’Indonésien Alfian Muhammad a battu en finale l’Ukrainien Kostiantyn Pavlenko. Sergey Rukin a pris le bronze.
 
 
 
Manu Cornu, seul finaliste français sur l'étape de la Coupe du monde de bloc de Chongqing (CHN), vient de remporter l'or ! Retour sur la compétition. 
 

Enfin, Manu Cornu est allé chercher le graal. Le Français n’avait encore jamais réussi à monter sur un podium de Coupe du monde. C'est désormais chose faite, et de la plus belle des manière puisque Manu Cornu décroche l'or.

« C’est dans le bloc 2 que j’ai vraiment senti le « tournant du match », explique le jeune homme. Car si les blocs 1 et 3 me correspondaient plutôt bien, ce bloc 2 était vraiment extrême en termes d’intensité. Il est rare que j’arrive à donner autant dans une série de mouvement. Si bien que je ne me rappelle pas vraiment de tout ce qui s’est passé dans ce bloc. Je crois que je n’ai réalisé que je l’avais enchaîné qu’en retrouvant le sol. »

C’est d’ailleurs en se réceptionnant sur le tapis que Manu Cornu pousse un cri de victoire. Il réalise à ce moment l’effort qu’il a effectué et surtout, que le podium est à sa portée.

« Manu Cornu est allé « au bout de sa vie » dans ce bloc deux, confirme Daniel Du Lac, entraîneur national. Il lui arrive régulièrement de tout donner ainsi, mais cette fois-ci l'effort a vraiment payé. Manu est allé chercher la finition. Nous l’avons vu extrêmement concentré, surtout dans les derniers mouvements, pour aller au bout de son effort. Sa persévérance et son légendaire esprit de guerrier lui ont permis de décrocher cette victoire. Cette grande application a été récompensée, jusqu’au dernier bloc, où il valide la zone au premier essai, ce qui lui offre la victoire finale. »

« En effet, d’après mes calculs depuis l’isolement, je savais que j’étais sur le podium, poursuit le vainqueur. En revanche, je ne pensais pas du tout remporter la compétition. Quand je suis redescendu de mon dernier bloc, on m’a dit : si  Tomoa ne fait pas le bloc, tu gagnes la compétition. Les 4 minutes les plus longues de toute ma vie. »

Mais le Japonais effectue une erreur, et lâche un essai de trop pour aller chercher la zone du dernier bloc. Un essai qui lui coutera l'or. 

Manu Cornu s'impose ainsi sur la première marche devant Tomoa Narasaki (JPN). Le Slovène Anze Peharc complète ce podium.

Chez les femmes, la Slovène Janja Garnbret semble indétrônable. Elle remporte sa 3e victoire sur 3 étapes, juste devant Akiyo Noguchi (JPN) et Jessica Pilz (AUT).

« Cette victoire est la concrétisation de beaucoup de sacrifices que j’ai faits depuis le début de la saison. En effet, je me suis beaucoup entraîné cet hiver par rapport aux autres années. Et pourtant, je n’ai pas eu le meilleur début de saison de ma carrière. Du coup cette médaille d’or fait du bien. Elle me prouve que je peux le faire, bien que pour moi, ce n’est qu’un premier pas vers mon objectif de la saison : mon ticket pour les JO de Tokyo. Je vais donc savourer cette victoire puis vite repartir sur la prochaine étape de Coupe du monde pour faire encore mieux. »

Demi-finales

Chez les hommes, le niveau était très relevé. Seuls trois blocs sont réalisés. Le style impliquait d’être forts dans les doigts, très à l’aise sur des pieds petits et fuyants, tout en sachant fermer sérieusement les bras ou encore savoir se jeter dans des coordinations complexes. Manu cornu est le seul Français à décrocher sa place en finale. Il valide un bloc à l’arraché, mais parvient à s’offrir les quatre zones. Mickael Mawem s’est battu jusqu’au bout et sort le 4e bloc, mais sans avoir pu valider assez de zones pour décrocher le sésame qui ouvre la porte de la finale.

Chez les femmes, Fanny Gibert a été très forte. Elle n’a en revanche pas réussi le « skate », un jeté complexe latéral avec déplacement des pieds et des mains, qui lui semblait pourtant accessible. Le bloc 3 lui résistera aussi. Au final, il lui manque en revanche une petite zone pour passer en finale. Elle termine à une frustrante 7e place.

« Julia Chanourdie, dernière Française en lice, a manqué un peu d’engagement pour s’exprimer à hauteur de son talent, conclut Daniel Du Lac. Elle prend néanmoins une très encourageante 14e place. »

Rendez-vous le week-end prochain à Wujiang pour la quatrième étape de la Coupe du monde de bloc.

Revivez le live de ces finales

Retrouvez les résultats complets

La première étape de la Coupe d'Europe jeune de bloc s'est tenue ce week-end à Soure (POR). L'équipe de France jeune remporte neuf médailles au total, dont trois victoires.

Les résultats complets

 

 

 

Equipe de France d'escalade