actualités

grande voix

nos partenaires

boutique

restez connectés

fiches ffme

écoute dopage Espace éco-citoyen FFME développement durable

Confidences d'Anouck Jaubert

Escalade - 22/08/13 à 22:44

Anouck Jaubert, Vice Championne du Monde jeune la semaine dernière à Saanich, revient sur sa compétition, et sur sa belle saison marquée par les titres de Championne de France de bloc et Championne d'Europe de vitesse et par de nombreuses médailles à l'international.

Confidences d'Anouck Jaubert
© FFME

Comment étaient situés ces championnats du Monde dans ta liste d’objectifs de l’année ?

Cette compétition était un de mes principaux objectifs (avec les Jeux Mondiaux et le championnat d’Europe senior). Le titre de championne du Monde junior me tenait vraiment à cœur.

Et donc, comment as-tu abordé cette compétition, physiquement et mentalement?

J’ai abordé cette compétition très déterminée à remporter la victoire. La seule place qui m’intéressait était la première. Je savais que j’étais capable de le faire physiquement même si j’étais bien consciente que c’était loin d’être facile !!

Peux-tu nous retracer les différentes phases de la compétition,  des qualifications jusqu’au duel final?

La première phase de la compétition a été le practice qui s’est déroulé le matin (vers 11h). Ma grimpe était propre mais j’avais une sensation de jambes lourdes qui me gênait et m’ « empêchait » d’aller vite.

Les qualifications se déroulaient à 15h pour les juniors. Après un massage énergisant de notre kiné Adrian, je reprends mon échauffement en me sentant déjà plus « légère ». Mon premier run de qualification se passe plutôt bien et je réalise un temps de 9’’18 (temps me permettant de passer en phases finales mais pas suffisant pour prendre  la tête du classement). Je pars donc dans mon deuxième run en mettant plus de puissance pour améliorer mon chrono. C’est chose faite puisque je tape le buzzeur en 8’’90. Ce temps me propulse à la deuxième place du classement provisoire (ex-aequo avec Esther).

Comme nous n’étions que 14 participantes, les phases finales ont directement commencé en quart. Pour mon premier duel, j’étais opposée à la Russe Tatiana Skorodumova contre qui je l’emporte sans trop de mal avec un temps de 9’’18.

Mon run de demi-finale s’est fait face à une autre Russe Varvara Shatalova. Avec un run propre en 8’’89, je prends mon ticket pour la finale. Plus j’avançais dans la compétition et mieux je me sentais !

Cette finale m’oppose donc (une nouvelle fois) à la Polonaise Aleksandra Rudzinska. Cette grimpeuse est très en forme en ce moment et réalise de très bons chronos mais je savais que je pouvais la battre (comme j’avais réussi à le faire au championnat d’Europe à Imst quelques semaines auparavant). Elle avait l’avantage sur moi au niveau des chronos donc il fallait que je réalise un run proche de mon record personnel pour l’emporter. J’ai pris un très bon départ et mené le duel pendant les douze premiers mètres de la voie mais je sentais la Polonaise me rattraper sur la fin. Trop pressée de finir la voie, j’ai zippé sur la dernière prise de pied et perdu beaucoup de temps avant de buzzer. Je finis alors 2ème

Une terrible deception....

C'est vrai que sur le coup, ça a été une grosse déception, je m’en voulais beaucoup d’avoir fait cette erreur en fin de voie. Mais j’ai tout donné pendant ce duel : j’ai fait tout ce que je pouvais et ça n’a malheureusement pas suffi ; c’est le jeu de la compétition !!

Mon adversaire a été meilleure… il faut donc s’entraîner encore et encore. Maisavec du recul, je suis finalement plutôt satisfaite de cette 2ème place (en trois championnats du Monde, j’ai réussi à ramener trois médailles de couleurs différentes).

Comment gère-t-on 9 h de décalage horaire ?

Le décalage horaire n’est pas évident à gérer. Les premiers jours, il faut lutter pour ne pas dormir la journée et tenter de trouver le sommeil la nuit ce qui s’avère parfois difficile. Mais on réussit à trouver le rythme petit à petit !

Qu'as-tu pensé de l’organisation générale de ces Championnats du monde ?

Ces championnats du Monde ont été très bien menés par les Canadiens. Le lieu de la compétition était très agréable car le public se trouvait à l’extérieur et le mur était complètement protégé des intempéries. Grâce à la bonne organisation et l’aide des bénévoles, le programme a été respecté (malgré quelques retards quand même). Bref, c’est une belle compétition qui s’est déroulée sans accroc.

Il s’agissait de ta dernière compétition chez les jeunes, un peu de nostalgie ?

En effet, j’ai à présent terminé mon parcours en catégorie jeune. Ma  première sélection en équipe de France était en 2011, j’étais cadette 2ème année et je ne connaissais  pas grand-chose des grosses compétitions. Depuis, toutes les compétitions auxquelles j’ai participé m’ont permis de faire de nombreuses expériences (bonnes et mauvaises) qui m’ont beaucoup fait progresser. J’ai appris à gérer l’échec mais j’ai surtout appris à gagner ! A présent je pense avoir toutes les cartes en main pour être performante en senior donc je peux quitter sereinement la catégorie jeune. Je ne suis donc pas nostalgique du tout. Je garde cependant de bons souvenirs entre les voyages, les délires avec l’équipe et mes victoires en particulier mon titre de championne du Monde de l’année dernière ! La saison prochaine j’aurai donc moins de compétitions ce qui me permettra de m’entraîner plus facilement.

Un petit mot sur ta prochaine échéance ? Un peu de repos est-il prévu ?

La prochaine se déroulera à Arco (Italie) le 7 septembre. Ce sera une nouvelle occasion de monter sur le podium, et je vais tout faire pour la saisir ! Si la saison vient de s’achever chez les jeunes, elle est loin d’être finie en senior puisqu’il reste encore cinq étapes de coupe du Monde. Mais d’ici le 7 septembre, je vais m’offrir une petite semaine de repos avant de reprendre l’entraînement (et la fac par la même occasion).

Equipe de France d'escaladeOLD