actualités

grande voix

nos partenaires

boutique

restez connectés

fiches ffme

écoute dopage Espace éco-citoyen FFME développement durable

Innsbruck 2018 : qualifications paraclimbing

Escalade - 12/09/18 à 21:39

Les qualifications paraclimbing se sont enchaînées sur deux jours et viennent de se terminer. Sur les sept Français en lice, cinq décrochent leur ticket en finale, en prenant chacun la tête du classement provisoire dans leur catégorie respective.

Innsbruck 2018 : qualifications paraclimbing
© IFSC - Sytse van Slooten

Les qualifications paraclimbing commençaient mardi soir et se sont achevées ce mercredi. L’équipe de France handi-escalade était composée de sept athlètes dont quatre nouveaux qui participaient à leurs premiers Championnats du monde.

Parmi les nouvelles recrues, Solenne Piret (amputée bras) a fait sensation. « Dans sa voie 1, Solenne semblait tendue, confie Sébastien Gnecchi, entraîneur de l’équipe de France d’escalade. Elle s’est néanmoins battue et a su optimiser son escalade pour être vraiment efficace. Au final, elle monte très haut, bien plus que les autres concurrentes, dont Maureen Bech (USA), championne du monde en titre. Dans la deuxième voie, qui correspondait plus à son style, Solenne s’est relâchée et est allée chercher le top, pour s'imposer sur ces qualifications. »

Dans la catégorie RP2, Marlène Prat participait également a ses premiers Championnats du monde. Un peu sous pression, la jeune femme manque de rythme dans sa première voie, ce qui ne l’empêche pas de la sortir. Mise en confiance, elle s’offre sa voie 2 avec plus d’aisance et prend la tête du provisoire aux côtés d’Hannah Baldwin (GBR).

© IFSC - Sytse van Slooten

La 3e Française en lice dans cette équipe de France est en revanche une habituée des compétitions internationales, ainsi que des podiums. Lucie Jarrige (amputée jambe), championne du monde en titre n’a rien perdu de son haut niveau, ni de sa combativité. Dès la voie 1, particulièrement exigeante, elle s’impose avec plus de 8 mouvements au-dessus des autres grimpeuses de sa catégorie. Néanmoins déçue de ne pas être allée au bout de cette première voie, elle ne fera qu’une bouchée de la deuxième pour prendre la tête de sa catégorie.

© FFME

Dans la catégorie RP3, Romain Pagnoux, également champion du monde en titre, est lui aussi bien déterminé à conserver son titre. Il valide ses deux voies et prend la tête de la compétition.

Thierry Delarue (amputé jambe) avait découvert la compétition, cette année à Arnas sur les Championnats de France en y remportant le titre national. Ce grand falaisiste a su, sur ces qualifications, mettre à profit ses qualités propres et prend la tête des qualifications.

La grande déception de l’équipe de France pèse sur Julien Gasc, vice-champion du monde en titre, le grimpeur essuie une zipette de sa prothèse dans la voie 1 qui le fait tomber bien trop bas. Déstabilisé, il commet ensuite une erreur de lecture dans la voie 2 qui le prive de finale.

© IFSC - Sytse van Slooten

Dernier athlète en lice de l’équipe de France, Bastien Thomas n’est pas parvenu à s’exprimer à la hauteur de son potentiel. Une mauvaise méthode dans la voie 1 et une zipette de pied dans la voie 2 le relèguent à une douloureuse 12e place.

A suivre, demain, les premières finales paraclimbing, en live streaming à partir de 12h30 à 16h et de 18h à 20h.

Equipe de France d'escalade