actualités

grande voix

nos partenaires

boutique

restez connectés

fiches ffme

écoute dopage Espace éco-citoyen FFME développement durable

Rencontre avec François Petit

Escalade - 01/03/11 à 00:00


La ffme continue sa rencontre avec ses entraineurs.
Cette fois-ci, retrouvez l'ITW de François Petit, entraîneur de l'Équipe de France de Bloc.
Les athlètes, les stages et les objectifs de l'Équipe

Rencontre avec François Petit
© FFME

Vous venez de faire le second stage Équipe de France de bloc à Aix, comment cela s'est-il passé ?

Tout d'abord, ce second stage de Blocs avait pour intérêt de souder les deux Équipes de France, celle de la difficulté et celle du bloc car nous serons ensemble sur certaines compétitions, en particuliers, les prochains Championnats du Monde, à Arco. Un objectif réussi, grâce à des exercices variés (blocs, voies et une montée à la Sainte-Victoire...) réalisés en équipes mixtes. Les athlètes ont bien joué le jeu avec un très bon esprit. Pour les Bloqueurs, il s'agissait du second stage de la saison. Depuis le précédent, à Fontainebleau, de nouveaux athlètes ont intégré le groupe, créant une dynamique qui tire vers le haut l'équipe entière.

A un mois et demi de la première étape de Coupe du Monde, où en sont les athlètes?

Avec Jacky, nous avons trouvé les athlètes en très bonne forme, même pour ceux qui s'étaient blessés récemment. Les performances de certains d'entre eux, à Fontainebleau pendant les mini-stages, le montrent bien ! Pour aller plus loin, il est à noter que certains athlètes ont fait la démarche de prendre un entraineur personnel en début de saison. Après observation, j'ai l'impression que ce sont eux qui ont le plus progressé ces derniers temps. Un déclic positif et constructif, certainement lié au fait d'avoir choisi de se donner les moyens de progresser pour gagner des compétitions. Sans oublier qu'avoir un entraineur personnel permet d'échanger avec lui, de réaliser des exercices nouveaux et plus adaptés aux objectifs et de se rassurer en cas de baisses de forme. Ces dernières sont d'ailleurs tout à fait normales dans un cycle d'entrainement, mais elles peuvent être mal interprétées par certains grimpeurs. D'où la nécessité d'être bien entouré à ce moment là afin de garder sa détermination et sa motivation.

Quels sont les objectifs principaux, cette année?

Sur un plan purement stratégique, l'objectif prioritaire de cette année, c'est d'apprendre à gagner ! En effet, au sein de notre équipe de France, plusieurs grimpeuses et grimpeurs ont, j'en suis persuadé, le potentiel et les capacités de gagner des Coupes du Monde. Pourtant, ils n'ont jusqu'à maintenant pas eu la réussite qu'ils méritent. Certains, par exemple, se démotivent rapidement dans leur circuit, si les premiers blocs ne sont pas réalisés. Et le niveau des grimpeurs à l'international est de plus en plus élevé. Ce qui fera la différence, c'est notre combativité : c'est-à-dire la capacité à se battre jusqu'au bout et ne jamais baisser la tête. Une compétition se gagne à l'envie, c'est souvent dans la tête et dans les derniers blocs que se fait la différence. Avant, l'équipe de France avait toujours un athlète qui montrait l'exemple de la victoire et tirait les autres vers le haut. La machine s'est enrayée depuis quelques années avec la retraite de certains grands champions. La spirale du succès des français s'est arrêtée, nous devons la relancer avec de nouvelles victoires en Coupe du Monde. Pour moi, faire des compétitions a comme but ultime de gagner. C'est pour cela que j'apprécie la démarche des athlètes qui se donnent les moyens d'arriver à atteindre leurs objectifs. Nous mettons en place des éléments afin de préparer au mieux les athlètes: - Suivi de l'entrainement longitudinal avec des entraineurs nationaux - mini -stages afin de mieux suivre les athlètes et leur permettre de s'entrainer sur des structures adaptées avec des circuits de blocs préparés. - Des accès avec certains murs publics intégrés dans les Plans Locaux d'Entrainements ou des partenariats avec des salles d'escalade privées. Sinon, pendant les stages, je préfère leur proposer des exercices pour les aider à mieux se connaitre, en prenant conscience de leurs points forts et de leurs points faibles. Par exemple sur le premier stage, c'était le volume d'entrainement / la récupération et la création de blocs anti-style. Sur le deuxième stage, c'était l'adaptation à un exercice et à une filière: capacité de se remettre dans un bloc après de nombreux essais dans un bloc précédent lors d'un circuit de compétition. Le prochain stage est destiné au qualitatif et au spécifique puisque nous nous rapprochons des premières Coupe du Monde.

Quel est ton plan stratégique pour obtenir la réalisation de ces objectifs?

Être de plus en plus proche des grimpeurs, de les motiver pendant leur préparation et leur transmettre la sérénité nécessaire pour éviter le doute en compétition! Le doute est le premier ennemi de l'athlète avant et pendant la compétition. Et l'athlète passe obligatoirement par des phases de remise en cause, donc de doute, afin d'évoluer. Les doutes mal gérés peuvent être inhibiteurs et donc négatifs pour la performance.

Combien d'étapes sont prévues? A combien d'entre elle l'équipe de France va-t-telle participer?

9 étapes sont prévues pour 2011 et j'espère que l'Équipe de France va participer aux 9 étapes, même pour celles du Canada et des USA en mai où les critères de sélection sont un peu plus restrictifs !

Objectif Bercy 2012, c'est d'actualité? Commencez-vous déjà à élaborer des stratégies?

Oui, bien sûr. C'est l'objectif de la Fédération. C'est aussi mon objectif! Et c'est pour cela que j'ai accepté ce challenge! Cela me rappelle de très bons souvenirs de la capitale avec ma victoire aux Championnats du Monde au Zénith en 1997. J'aime les challenges et nous mettons en place des outils et des actions afin de préparer au mieux les athlètes aux échéances sportives et leur permettre de gagner des compétitions. Mon travail n'est pas d'élaborer des stratégies, mais de suivre, d'échanger, de conseiller les athlètes s'ils le souhaitent et leur proposer des stages, des suivis d'entrainements... En escalade, l'entraineur qui intervient sur 3 ou 4 stages chaque année et qui est présent sur les compétitions est plutôt un coach. Mon objectif est donc de dire aux athlètes les "bons" conseils afin de les motiver et les suivre pendant leur préparation puis "bien" les encourager pendant leur compétition.

Peux-tu nous faire un petit topo des critères de sélection pour cette année?

Nous avons souhaité ouvrir les critères de sélections - en intégrant les vainqueurs de chaque coupe de France en les sélectionnant aux coupes du monde suivantes, - en valorisant les athlètes ayant fait des podiums aux chts de France - en réalisant des sélectifs mi mars car la date des chts de France est trop proche de la première coupe du Monde - en intégrant ceux qui ont fait des finales aux coupes du monde - en sélectionnant de jeunes grimpeurs prometteurs sur certaines coupes du monde - en laissant leur chance à des athlètes à fort potentiel qui ont été blessé à un moment de l'année. Ces critères de sélections ont ainsi été assez compliqué à mettre en forme, vu le nombre de critères et le nombre d'étapes de coupe du monde de Blocs. Ces critères ont été présentés aux athlètes. Nous avons pris en compte leurs avis puisque certains critères ont été modifiés.

La saison de Coupes du Monde 2011 va être plus longue cette année, combien d'étapes, Allez vous participer à chacune d'entre elles?

La saison compte 9 étapes plus les championnats du monde cette année. C'est surtout que la saison est intense car regroupée en 4 mois! Je serai présent sur chaque étape car lorsque je fais quelque chose, j'essaie de le faire pleinement. Si j'ai choisi cette mission, c'est pour apporter des choses aux grimpeurs, surtout mon expérience en compétition et donc de les suivre sur chaque compétition.

À quand le prochain stage de l'Équipe de France de Bloc?

Le prochain stage se déroulera les 19 et 20 mars à Fontainebleau, c'est le troisième et il servira de sélectif pour les premières coupes du monde de bloc. Le samedi, il y aura deux circuits type de coupe du monde et le dimanche nous ferons donc le stage avec les grimpeurs sélectionnés aux premières étapes de coupe du monde. Nous ferons alors un travail spécifique avec de la préparation mentale... Un aspect très important pour gagner des compétitions.