Se licencier Pratiquer

Luce Douady est championne du monde de bloc

Luce Douady, championne du monde cadette de bloc

Trois jours à peine après sa médaille de bonze en difficulté, Luce Douady n’a fait qu’une bouchée de cette finale de bloc. Avec trois blocs à vue et un bloc 2 qui est resté irrésolu pour toutes les finalistes, Luce Douady a décroché le titre mondial.

« C’est incroyable, je suis sur un petit nuage, témoigne la jeune femme. C’est vrai que cette année je me suis vraiment investie en bloc. J’ai eu de bons résultats, principalement ma finale en Coupe du monde sénior à Vail. Mais qui m’a mis un poids supplémentaire sur les épaules. Tout le monde me répétait que je pouvais gagner ces Championnats du monde. C’était très difficile à gérer. Je savais que j’étais prête, mais je n’ai pas vraiment réussi à être moi-même en qualifications, ni en demi-finale. Alors, avant ces finales, j’ai vraiment pris le temps de me remettre en question. Je me suis dit que je n’avais rien à prouver à personne et que je devais grimper pour moi, uniquement pour me faire plaisir. Le premier bloc, à vue, m’a mise dans le bain. Et cinq minutes avant de partir dans le dernier bloc de ce circuit, qui me correspondait bien, j’étais poussée par une super motivation. J’avais envie de l’enchaîner à vue. En topant ce bloc 4, j’ai compris que j’avais fait un super parcours ! »

© Sytse Van Slooten

Naile Meignan, blessée cette année, avait déjà donné beaucoup en qualifications et en demi-finale. Elle a réalisé un bon circuit, mais n’est parvenue à venir à bout du dernier bloc que 3 secondes après la fin du temps imparti et a pris la 4e place de cette finale.

Le bronze pour Manon Lebon

Les finales de la vitesse débutaient à 12h30 ce samedi. La jeune Manon Lebon, en tête des qualifications a remporté son premier duel face à la Chilienne Carmen Contreras. La phase de quart de finale s’est également passée pour le mieux pour la Française, qui est sortie vainqueur du duel contre à l’Ukrainienne Oksanna Burova. Mais en demi-finale face à Nuria Brockfeld (GER), Manon Lebon a été moins rapide. Une petite hésitation dans le dernier tiers de la voie lui a fait perdre sa place en finale. La Française a néanmoins remporté par la suite son duel de petite finale pour s’offrir la médaille de bronze.

© Sytse Van Slooten

« J’étais un peu stressée, confie la jeune fille. En demi-finale, j’ai fait une petite erreur de pied. Le temps de me reprendre et de repartir et mon adversaire était passée devant. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en venant sur ces Championnats du monde, mais je me doutais que je pouvais viser le podium. Après les qualifications, je savais que tout était jouable, alors forcément, je suis tout de même un peu déçue. L’or était à ma portée. »

© Sytse Van Slooten

Thibaud Desloges, 3e meilleur temps des qualifications s’est lui aussi imposé sur son premier duel face à Aman Varma (IND). Mais en quart de finale, face à Oliver Kuang (USA), il a fait une faute de pied à mi-voix. Il termine 8e de ces Championnats du monde.

« Cette médaille de bronze reflète un bilan globalement positif pour l’équipe de France jeune de vitesse, affirme Esther Bruckner, entraîneur national. En effet, même si les jeunes ont manqué de réussite pour concrétiser d’autres médailles, il faut noter que sur cette compétition la plupart des Français ont battu leur record personnel, et par conséquent, plusieurs records de France jeunes sont tombés. Nous nous sommes confrontés à un niveau mondial particulièrement relevé. Manon a réalisé une super compétition. Elle a su aborder ces Championnats du monde avec le bon état d’esprit. Pour chaque membre de l’équipe de France, il reste des choses à travailler, mais c’est vraiment prometteur pour la suite ! »

Lucile Saurel et Paul Jenft à la 4e place

Lucile Saurel était la seule représentante française des finales de bloc junior. Elle est entrée très correctement dans son circuit, en cédant un essai dans son premier bloc suite à une zippette de pied au départ. Classée 3e provisoire jusqu’au bloc 3, elle n’a finalement pas réussi a accrocher le podium. « Le bronze s’est joué à un essai de zone pour Lucie, explique Laurent Lagarrigue. Elle termine au pied du podium après une remarquable compétition pour sa dernière année junior. »

Ces Championnats du monde se terminaient par la finale du bloc cadet. Une finale dont le scénario a étrangement collé à celui de Lucile Saurel pour le seul Français en lice. En effet, à la fin de 4e bloc, Pauf Jenft occupait encore la 3e place du provisoire. Mais le Français n’a pas trouvé la solution du dernier bloc et s’est classé 4e de ces Championnats du monde.

« Pour le bloc, le bilan global de ces Championnats du monde est positif. Nous avons emmené 17 athlètes, 15 sont passés en demi-finales et neuf en finales. Nous comptabilisons deux victoires, quatre podiums et deux quatrièmes places. Au classement par nation nous sommes deuxième, juste derrière les Japonais, se réjouit Laurent Laguarrigue. Nous avons quelques jours pour digérer tout cela avant de nous projeter sur les prochains Championnats d’Europe jeune et aider les grimpeurs français à régler ces petits détails qui peuvent coûter cher. Nous réfléchissons d’ailleurs à un accompagnement plus continu tout au long de l’année. »

© Sytse Van Slooten

Retrouvez les résultats complets.