x
Se licencier Pratiquer

Au bout du suspense : Anouck Jaubert en finale !

Grâce à sa 2e place en vitesse, sa 13e place en bloc et sa 15e place en difficulté, Anouck Jaubert est parvenue à se qualifier, au bout du suspense, pour la finale des Jeux Olympiques de Tokyo, ce mercredi 4 août. Julia Chanourdie prend la 13e place de ses premiers Jeux Olympiques.

La libération. Il a fallu attendre que la dernière compétitrice de la difficulté, la leader du jour Janja Garnbret, tombe plus bas qu’à l’accoutumé pour être fixé : Anouck Jaubert termine 8e de ces qualifications féminines des Jeux Olympiques de Tokyo et sera donc en finale, vendredi, à l’Aomi Urban Sports Park.

« C’est tout simplement énorme ce qu’Anouck a fait aujourd’hui », réagit Sylvain Chapelle. L’entraineur en chef de l’équipe de France olympique n’emploie pourtant pas le superlatif à la légère. C’est que dès la vitesse, sa discipline de prédilection, Anouck a tenu son rang. Deux runs et deux fois son record personnel battu avec une marque comptabilisée à 7″12, un temps synonyme de record du monde il y a encore une paire d’années. Malgré cela, elle est tombée, aujourd’hui, dans cette discipline face à plus forte qu’elle : Aleksandra Miroslaw sortait un 2e run stratosphérique à seulement un centième du record du monde (6″97). « C’est très étonnant de battre deux fois son record personnel et d’être finalement déçue. Mais, je savais qu’il fallait passer sous les 7 secondes pour gagner la vitesse, forcément je n’étais pas satisfaite de mes temps », raconte Anouck.

Un affront qui semble lui avoir mis le couteau entre les dents pour le bloc. « Par rapport au niveau qu’elle a dans cette discipline, elle a réalisé une prestation impressionnante sur ce circuit (13e) ! Avec à la clé un bloc réussi, le premier, et de très beaux combats pas toujours bien payés mais qui témoignent de son état d’esprit du jour », poursuit Sylvain Chapelle. Même constat en difficulté : si la prestation d’Anouck est loin de celles des cadors de la discipline, sa 15e place prouve qu’elle n’a pas démérité dans cette voie très exigeante et qui a fait chuter Janja Garnbret elle-même avant la dernière section.

A l’issue de cette journée et après de trop longues minutes d’attente, les chaudes larmes d’Anouck Jaubert témoignent de l’ampleur de ce qu’elle vient de réaliser aujourd’hui après un parcours de qualification et une préparation semés d’embuches. Mais l’essentiel pour elle est là : Anouck grimpera bien pour une médaille olympique ce vendredi. Pour aujourd’hui tout du moins…

Déception. Julia ne s’en cache pas : elle est déçue de sa prestation du jour (13e). Même si elle partait très bien dans l’épreuve de vitesse avec deux records personnels battus et un très bon temps à la clé (8″17 et 8e de cette première étape), elle n’a pas su poser sa grimpe durant l’épreuve de bloc (3 zones, 15e). « Je n’ai pas réussi à me libérer. A aucun moment. J’ai beau avoir tout tenté pour retourner la situation, je n’y suis pas parvenu. C’est dur, c’est une déception qui je vais mettre du temps à digérer » a réagi, amère, la jeune femme qui a aussi réalisé la 9e prestation de la soirée en difficulté. « Elle fait une très bonne épreuve de vitesse, elle n’a pas réussi à vraiment s’exprimer en bloc, c’est ce qui lui coûte cher ce soir. Elle s’est remobilisée pour la difficulté mais c’était vraiment une voie très exigeante qui ne pardonnait aucune faiblesse », conclut Sylvain Chapelle.

Trois finalistes sur quatre athlètes engagés : l’équipe de France du Japon et des États-Unis sont les seules nations à réaliser cette performance dans ces premiers Jeux Olympiques de l’histoire de l’escalade !

Tous les résultats

Photos : Léo Zhukov & EquipedeFrance