Se licencier Pratiquer

Argent et bronze à Gaflenz (AUT) pour les bleus

Une nouvelle étape de la Coupe d’Europe de vitesse 2021 s’est tenue ce dimanche à Gaflenz (AUT) ce dimanche 27 juin. Bassa Mawem (Gecko Club) décroche l’argent et Victoire Andrier (Gecko club) s’offre le bronze.

« Le practice a été réussi pour tout le monde, explique Clément Cailleux, entraineur en charge de l’équipe de France d’escalade de vitesse sur cette étape. Les runs de chacun présageaient d’une bonne compétition et ont mis tout le monde en confiance. »

Au fil de la compétition, Victoire Andrier retrouve peu à peu ses sensations : après un run de 1/8 juste suffisant pour poursuivre, elle reprend ses marques sur les runs suivants jusqu’au duel de demi-finale, qu’elle perd sur un run très serré. Elle remporte en revanche la petite finale face à l’Autrichienne Laure Stockler et décroche le bronze. 

 » Je suis très heureuse de ce podium! Il est très symbolique après une année passée a m’entraîner sans relâche malgré l’absence de compétition au calendrier. Je suis montée en puissance au fur et à mesure de la compétition et des runs. En finale, j’ai du gérer mon énergie car je me sentais fatiguée. J’ai alors repensé à mon année d’entraînement en Nouvelle Calédonie où, j’ai encaissé une charge d’entraînement physique et mentale importante et je suis allée puisée mon énergie au plus profond de moi. J’ai vraiment grimpé certains run avec mes tripes et ça c’est énorme ! Notamment ce run de petite finale où je signe mon meilleur run de la compétition!! Une fois les pieds au sol après ma victoire de la petite finale, les larmes de joies ont coulé. C’était vraiment une émotion importante et symbolique, car elle reflétait l’accomplissement et la récompense d’un travail acharné ! Je suis encore plus fière et heureuse de partager ce moment avec Bassa qui finit deuxième avec également son meilleur run pour la fin : 5,44 ! Bravo aussi à Guillaume qui égalise son record personnel. » Victoire Andrier

Seconde Française en lice, Manon Lebon (Austral Roc) participait à sa deuxième compétition senior. Très efficace sur ses qualifications, elle signe ses meilleurs temps de compétition et se place 6e du provisoire. Malheureusement, en 1/8e, dans un duel très serré,  elle manque un pied alors qu’elle avait une légère avance et se classe 12eme.

Dès les qualifications, Bassa Mawem se positionne à la 2e place du provisoire, juste derrière le Russe Vladislav Deulin. Le Français va ensuite remporter tous ses duels jusqu’à la finale face au Russe. Le duel est très serré, seuls les chronos permettent de départager les deux champions. C’est le Russe qui l’emporte avec 0 »03 d’avance sur le Français qualifié aux Jeux Olympiques. Bassa Mawem prend l’argent et affine ses réglages pour le mois prochain à Tokyo (JPN). 

« C’était ma dernière compétition avant les JO, alors j’avoue que j’avais un peu la pression, je voulais vraiment réussir mes run de qualifications principalement, car l’épreuve des JO équivaut aux runs de qualifications. Je me suis bien calé, j’ai mis en place mes routines d’échauffement qui fonctionnent bien et tout s’est bien passé, jusqu ‘en finale où je bats mon record personnel, en 5’’44 (l’ancien était de 5’’55). Il me reste désormais 3 semaines d’entrainement avant que l’on ne parte au Japon. Avec mon frère, nous allons nous entrainer et nous entrainer encore, jusqu’au bout pour arriver au top de notre forme à Tokyo ! » Bassa Mawem

Guillaume Moro (Club vertige), victorieux sur la précédente étape à Innsbruck, passe un peu à côté de ses qualifications, loin de ses meilleurs temps. Malheureusement, il rencontre Bassa Mawem en 1/8 de finale.  Même son excellent chrono en 5 »74 en 8e de final ne suffira pas. Il se classe 9e de l’étape.

Marius Payet Gaboriaud (Austral Roc) et Mickael Mawem (hors club) se classent respectivement 22e et 23e.

 » Ce fut une bonne compétition pour toute l’équipe, malgré quelques frustrations pour les efforts qui n’ont pas encore payé, explique Clément Cailleux. Nous rentrons avec des médailles, des réussites, de nouveaux records, de l’expérience et du travail qui nous attend à l’entraînement pour les prochains événements. Nous retrouveront ces grimpeurs à Villars (les séniors), Puurs (pour les jeunes) ou directement à Tokyo pour Mickael et Bassa.