Se licencier Pratiquer

La Cité de l’escalade, l’innovant projet valentinois

Découvrez la Cité de l’escalade (2900m2 de superficie totale au sol), un projet de salle d’escalade « idéale », porté par le club Minéral spirit et soutenu par la ville de Valence.

Ce projet de salle d’escalade est né en réalité d’un déménagement. « En octobre 2019, la Mairie de Valence nous a informé qu’elle souhaitait récupérer le local qui héberge aujourd’hui notre salle de bloc, explique François Péraldi, trésorier du club. Au début, nous avons pris cela comme une mauvaise nouvelle. Mais rapidement, nous avons souhaité, avec la Mairie, nous avons souhaité transformer ce risque en opportunité. A leur initiative, nous avons planché sur un cahier des charges pour créer une salle d’escalade. »

Rapidement, le club Minéral spirit se met au travail et imagine, conçoit et dessine la salle d’escalade idéale regroupant les 3 disciplines, et pouvant accueillir des Championnats de France combiné et même des compétitions internationales avec également des locaux techniques suffisants, des bureaux, etc.

Le 15 juin dernier, ce cahier des charges a été accepté par la mairie de Valence, pour un coût estimé à 5,4 millions d’euros.

« Cette nouvelle salle n’est pas seulement un changement de structure pour le club Minéral spirit, c’est une mutation profonde du club : nous allons passer de 7 à 12 salariés et devoir organiser une activité commerciale au sein de cette salle, un peu à l’image la salle fédérale Karma. Après avoir fait le choix de professionnaliser l’encadrement il y a quelques années, notre club fait aujourd’hui le choix de professionnaliser la gestion de la structure. Ce qui implique toute une restructuration surtout en termes de comptabilité, explique Jean-Loup Caumont, salarié du club et chargé du projet. Depuis le 15 juin, le développement de la Cité de l’Escalade est public. Après plus d’un an de préparation discrète, nous pouvons désormais communiquer en toute transparence. »

La Cité de l’Escalade de Valence répond à de multiples enjeux, dont le fort développement du club (qui en était arrivé à une saturation de son école escalade et, plus généralement, de ses locaux) et les ambitions olympiques fédérales avec des supports d’entraînements de haut niveau dans les trois disciplines olympiques. Elle a également pour vocation de renforcer le dynamisme de la ville de Valence, en développant le sport en général et le sport de haut niveau pour rivaliser avec les meilleurs clubs français et européens.

Au programme, la construction d’un bâtiment de 16 m de haut et d’une superficie au sol totale de 2900 m2 Qui permettra une pratique sportive quotidienne (pratique libre, cours encadrés, pratique scolaire)
« A terme, nous souhaiterions que ce complexe devienne un centre de préparation olympique d’ampleur européen, poursuit Jean-Loup Caumont, qui puisse accueillir des équipes nationales, comme à Innsbruck (AUT) et qui devienne un lieu d’accueil de délégations étrangères dans le cadre du programme Terre de jeux 2024 et des Jeux Olympiques de Paris. Car la Cité de l’escalade pourra recevoir jusqu’à 700 personnes simultanément.

La salle pourra donc accueillir des compétitions de niveau international en bloc et en vitesse et de niveau régional en difficulté. Le lieu est également adapté à l’organisation de Championnats de France combiné (incluant les 3 disciplines).

La Cité de l’escalade a également été imaginée comme un lieu de travail et de réunions pour les équipes associatives, avec des bureaux pour les salariés et les élus et des salles qui pourront même accueillir des sessions de formation fédérales ou professionnelles.

Côté bati, le projet s’appuie sur le réaménagement et la réaffectation d’un bâtiment existant, qui dispose d’une surface de 1563 m2 et qui sera destiné à l’accueil de la salle de bloc et des annexes fonctionnelles ainsi que la construction d’un nouveau bâtiment (de grande hauteur, accolé et lié au bâtiment existant) destiné à l’accueil de la salle de difficulté et de vitesse. Sans oublier l’aménagement de l’ensemble des espaces extérieurs (parvis, cour de service et accès technique, zones de stationnement, espaces verts…) pour une fin des travaux estimée en décembre 2022. « Pour ces travaux, c’est un groupement d’entreprises locales (ICARE), poursuit Jean-Loup Caumont, qui a été retenu à l’issue de l’appel d’offre. Sa vocation est de permettre à des entreprises locales et à des PME de se positionner pour répondre à des appels d’offres de grande ampleur. Leur spécialité est la performance énergétique. »

Au niveau de la structure d’escalade, la salle de bloc sera constituée d’un mur pouvant aller jusqu’à 4,50 m de haut pour une surface de grimpe de 864 m². L’espace difficulté disposera d’un mur de 16 m de haut pour une surface de grimpe de 1167 m². La salle sera enfin équipée du mur officiel de vitesse, d’une salle de yoga et de support de musculation dédiés.

« En bref, cette salle a été pensée et va être construite par des acteurs de grande expérience, tels que Bernard Nicoud, architecte de Climb’Up ou encore le club Minéral spirit, organisateur de compétitions depuis plus de 20 ans et gérant d’une salle depuis 10 ans. Elle permettra une pratique de l’escalade de l’initiation au plus haut niveau ainsi que l’organisation de compétitions de niveaux départementales à internationales dans les meilleures conditions possibles. Si ce mur n’est ni le plus haut ni le plus grand, ce pourrait bien être la meilleure salle d’escalade de France dans les prochaines années », conclut François Péraldi.