Se licencier Pratiquer

La FFME devient membre du Comité paralympique et sportif français

La FFME vient officiellement de rejoindre le Comité paralympique et sportif français. Pourquoi est-ce une étape importante pour l’handi-escalade ?

Le Comité paralympique et sportif français (CPSF) est chargé de coordonner les actions des fédérations membres qui proposent des activités sportives aux personnes en situation de handicap, et de composer et gérer l’équipe de France aux Jeux paralympiques. La FFME devient la 40e fédération membre du CPSF.

En effet, la candidature de la FFME pour rejoindre le CPSF a été acceptée à l’unanimité par le conseil d’administration du CPSF. « C’est une étape importante pour la fédération à l’échelle nationale mais également une marche de plus d’un point de vue international. Nous sommes la deuxième fédération européenne à rejoindre le comité paralympique de son pays. Cette adhésion au CPSF poursuit un double objectif tout d’abord il s’agit d’une première étape pour la présence de l’handi-escalade aux Jeux paralympiques de Los Angeles en 2028 et cela vient également appuyer la légitimité de la FFME pour demander la délégation handi-escalade auprès du Ministère des Sports. Enfin, il y a un véritable intérêt pour nos clubs à être reconnus partie prenante dans le comité paralympique. » commente  Pierre You.

Cette volonté de développer et de mettre en lumière l’handi-escalade par la FFME s’illustre déjà en 2012 avec les Championnats du monde de Bercy. « Ces Championnats du monde transcrivent parfaitement le désir de la FFME d’intégrer les épreuves handi-escalade, en les intercalant avec celles des valides. Désormais cette organisation est obligatoire pour tous les championnats du monde : les épreuves handi-escalade et les épreuves valides doivent avoir lieu en même temps et au même endroit, à l’exception des derniers championnats du monde. » ajoute Sébastien Gnecchi, sélectionneur et entraîneur de l’équipe de France de handi-escalade depuis 2012. L’escalade s’impose donc comme un sport précurseur dans la prise en compte des pratiquants en situation de handicap notamment en compétition.

D’autant plus que le palmarès de l’équipe de France de handi-escalade est impressionnant puisque depuis 2018 la France s’impose comme la meilleure nation mondiale dans la discipline. A ce titre, en 2019 l’équipe de France de handi-escalade domine les championnats du monde organisés à Briançon avec 5 médailles d’or et une médaille en argent. « En 2012, nous commençons avec une médaille d’or et une médaille de bronze et dès lors le nombre de médailles remporté par l’équipe de France de handi-escalade augmente à chaque compétition, sans forcément augmenter le nombre de grimpeurs participants. » commente Sébastien Gnecchi. Malheureusement cette année 2020 est une année blanche pour l’équipe de France de handi-escalade en raison de la pandémie du Covid-19.

« Cette adhésion au CPSF est très importante pour nous dans la promotion de l’handi-escalade auprès des personnes en situation de handicap qui vont constater que des offres sportives leur sont dédiées dans de nombreux clubs de la FFME. Cette visibilité de l’handi-escalade va permettre d’augmenter le nombre de grimpeurs lors des compétitions et d’élever encore le niveau de l’équipe de France d’handi-escalade. L’escalade est un sport complet qui peut être pratiqué à un haut-niveau par des personnes en situation de handicap et permet aux pratiquants avec des déficiences physiques ou neurologiques d’avoir de bonnes sensations » conclut Sébastien Gnecchi.