Se licencier Pratiquer

La France prend les deux titres mondiaux longue distance par équipe

A l’issue d’une course très disputée, Samuel Equy (Team Isère Montagne) et Mathéo Jacquemoud remportent le Tour du Rutor (Italie), synonyme de titre mondial ! Chez les femmes, les grandes favorites françaises Axelle Gachet-Mollaret et Emily Harrop s’imposent largement à l’issue des trois jours de course du Tour du Rutor.

Historique ! L’équipe de France signe un doublé majeur au Championnat du monde longue distance par équipe en prenant le titre chez les femmes (Axelle Gachet-Mollaret et Emily Harrop) et chez les hommes (Mathéo Jacquemoud et Samuel Equy) !

Chez les hommes, c’est grâce à une nette victoire à l’issue de la troisième et dernière étape de la course, ce samedi, que les deux Français se sont imposés. Car c’est dans un mouchoir de poche que trois équipes ont terminé les deux premiers rounds, jeudi et vendredi. A la bagarre avec les deux nouveaux champions du monde, une autre équipe française, Xavier Gachet et William Bon Mardion, et une équipe italienne, Davide Magnini et Matteo Eydallin. Avec au final, une hiérarchie qui s’est dessinée le dernier jour : les Italiens prennent l’argent, les Arêchois, le bronze.

« Un championnat du monde sur trois jours, c’est toujours compliqué à gérer. Il faut être performant de bout en bout, assurer la récupération, appréhender les aléas. On avait deux équipes capables de rivaliser avec les Italiens. Malheureusement pour la paire Gachet / Bon Mardion, Xavier a été malade cette semaine et il l’a surtout subi sur la dernière étape. Il assure quand même la médaille ! Quant à Mathéo et Sam, ils ont su être dans le coup les trois jours malgré une belle chute de Sam durant la 2e étape. Ce samedi, ils n’ont pas commis d’erreur : Mathéo a sorti l’élastique dans la dernière montée pour distancer les Italiens et prendre le titre. C’est un premier sacre pour Sam Equy, c’est une nouvelle médaille pour Mathéo Jacquemoud qui réussit l’exploit de revenir au plus haut niveau dès son année de retour sur le circuit. Prendre ce titre, c’était l’objectif de sa saison. Et il y est parvenu », explique Thierry Galindo, entraineur de l’équipe de France de ski-alpinisme.

Chez les femmes, la donne était différente avec deux athlètes françaises qui semblaient avoir un cran d’avance sur leurs poursuivantes italiennes. « Elles étaient quand même super favorites. Avec elles, on s’est surtout concentrés sur la gestion du matériel, s’assurer qu’il n’y ait pas de casse. Elles ont rapidement eu 10 minutes d’avance ce qui a permis de gérer la course et l’état de forme en vue de la finale de la Coupe du monde, le week-end prochain à Flaine », poursuit Thierry Galindo.

Malgré cette réserve, Axelle Gachet-Mollaret et Emily Harrop ont dynamité la compétition en terminant sur la ligne d’arrivée avec près de 25 minutes d’avance sur leurs poursuivantes italiennes, Giluia Murada et Alba de Silvestro.