Se licencier Pratiquer

Le département de l’Isère s’engage pour la pérennisation des SNE sur son territoire

Ce mercredi 20 octobre à Saint-Égrève avait lieu une conférence de presse annonçant le transfert de la garde des sites naturels d’escalade de l’Isère au département. Un transfert de responsabilités qui symbolise la vision commune de la FFME et du département de l’Isère, celui de la pérennisation de l’escalade en site naturel.

Alain Carrière, président de la FFME, réagissait à la suite de cette conférence : « Aujourd’hui, en Isère, se concrétise la nouvelle ère qui s’ouvre pour la fédération dans sa gestion des SNE : la fédération va rester fortement engagée pour l’escalade en site naturel, qui constitue une pratique importante dans la diversité de ses activités, mais se concentrera sur son rôle d’équipement et d’entretien des SNE. Quant à la garde de ces sites au sens juridique du terme, elle sera transférée aux collectivités car le développement des activités sportives, y compris en pleine nature, fait partie de leurs missions. »

En Isère, l’enjeu était de taille : sur les 130 falaises présentes dans le département, la FFME, à travers le comité territorial, assurait la garde de 55 d’entre-elles. De ce transfert, découle un partage des responsabilités entre la FFME, le CT FFME de l’Isère et le département. La FFME sera toujours chargée de sécuriser et d’entretenir les sites, tandis que le département aura la charge du conventionnement avec les propriétaires publics ou privés des différents sites. « C’est parfaitement légitime dans la mesure où les voies n’étaient pas uniquement réservées aux licenciés FFME, c’est un sport grand public qui séduit de plus en plus d’adeptes, licenciés ou non », poursuit Alain Carrière. Ce partenariat est aussi l’occasion pour le comité territorial de recevoir une aide financière de l’Isère pour la gestion de ces différents sites naturels d’escalade.

Jean-Pierre Barbier, président du département de l’Isère, : « Je crois que le partenariat qu’on a mis en place avec la fédération afin que chacun prenne sa part de responsabilité pour permettre le développement de ce sport, et bien c’est la bonne méthode. »

Pour le département, le transfert est quelque chose de primordial. L’Isère est un grand pôle de l’escalade française en site naturel, aussi bien pour les isérois et iséroises que pour les touristes, elle est un vecteur de dynamisme. Il s’agit aussi d’éviter que des propriétaires interdisent l’accès aux sites au motif qu’il y a un risque juridique, d’où le conventionnement.

« Il s’agit de sécuriser les propriétaires publics ou privés en cas de problème ou d’accident pour que leur responsabilité ne soit pas recherchée » rajoutera Jean-Pierre Barbier.

20 sites ont ainsi déjà été repris par le département Isère au cours de cette année. D’ici les prochaines années, 30 à 40 sites identifiés avec le CT FFME de l’Isère, et représentant un enjeu sportif et touristique, seront concernés par ces nouvelles modalités de gestion des falaises iséroises.

La FFME se félicite de ce tournant, qui va permettre d’entrevoir un meilleur partage des responsabilités, pour une meilleure gestion des sites naturels d’escalade avec le département de l’Isère !

Le compte-rendu de la conférence de presse sur le site internet du Département de l’Isère.

Les acteurs présents :

Jean-Pierre Barbier, président du département de l’Isère, Alain Carrière, président de la FFME, Martine Kohly, vice-présidente du département en charge l’enfance, de la jeunesse et des sports, Yannis Ameziane, chef de service jeunesse et sport, Marie Dorin-Habert, membre du service des espaces naturels du service jeunesse et sport de l’Isère, Bruno Roux, président du CT FFME de l’Isère, Pierre Legreneur, président de la ligue FFME AURA, Laurent Amadieu, maire de Saint-Égrève, Sébastien Prat, Arnaud Becker, BE escalade CT FFME de l’Isère.