Se licencier Pratiquer

Mini raid ski de rando pour le club Escalagou (34)

Récit de Beatrice Fillon, club Escalagou

Carnet de bord du stage mini-raid (itinérance) ski de rando qui s’est déroulé à Névache (05) les 26, 27 et 28 mars dernier pour le club Escalagou. Un stage qui s’inscrit dans le parcours de formation montagne mis en place par le club avec le soutien de la FFME (Lauréat AAP développement des multi-activités)

Ce mini raid devait réunir plus de participants mais finalement nous sommes quatre, d’autres ont dû annuler car cas-contact. Je crains moi-même de devoir annuler mais non ! Tony, Axel, Hugues et moi partons donc pour un séjour intimiste.

Destination : la vallée de la Clarée / pointe des Cerces 3097 m (au nord de Briançon).

L’arrivée le jeudi 25 mars se fait au gite de la découverte à Névache. Auparavant nous nous sommes retrouvés sur la route avec Hugues pour visualiser nos crêtes et sommets.

Jeudi 25 mars :  le soir, dans la chambre où nous partageons le repas, premier repérage de carte et météo, il va faire beau avec peut-être une petite tombée de neige une nuit.

Vendredi 26 mars, 7h30. On gare les voitures au village et on chausse pour remonter direct dans un gros dénivelé au milieu de la forêt. Ça va nous mettre en jambe direct. Moi je mets les couteaux dès le bas de la montée et heureux de ces premières sueurs nous arrivons en haut. Notre objectif est de rejoindre les chalets de la Buffere. Nous montons sur une neige très abîmée par les chaleurs et le sirocco, la descente en ski est sympa mais la neige est mauvaise, plaque, molle, dure etc…je me fais une raison en pensant à la merveilleuse poudreuse trouvée 15 jours plus tôt à Ceillac. Mais Hugues, notre guide, a prévu mieux …  en attendant le gite est luxueux, même trop par rapport à notre esprit sportif, nous sommes dans un petit chalet avec cheminée. Le responsable nous annonce le soir que ce n’est pas possible de petit déjeuner avant 7h30 ! Le fin psychologue qu’est Hugues lui fait remarquer que nous avons des projets plus ambitieux que ses clients habituels et que, peut être, il serait bien de petit déjeuner avant…bref compromis départ 7h30 petit dej 7h15. Et on s’y tient !

Samedi 27 mars : départ 7h30 du refuge de la Buffere. Direction le refuge Laval car le refuge intermédiaire du Chardonnay est fermé. Beaucoup de refuges sont fermés à cause du Covid-19.        

La neige est bien meilleure et plus profonde. Enfin de la poudreuse. Axel ne se sent pas très bien ce matin. On se dirige vers une crête bien exposée nord et enneigée, une sorte de cirque, c’est dur pour moi mais je monte car la descente va être magique. Axel, fatigué, préfère rester un peu plus bas pour s’économiser. La descente est super, nous arrivons dans la vallée et devons chercher un pont de neige sur la rivière, on traverse à pied pour rejoindre un chemin qui va nous paraitre interminable et faire chauffer nos pieds jusqu’au refuge Laval.

Le refuge Laval est superbe, séchoir à peaux, météo audio dans la grande salle, grand dortoir, douches wc, nous avons la chance de manger dans la salle où les tables sont espacées, cela change des repas dans les chambres ! En arrivant nous nous désaltérons, les pieds à l’air sur la terrasse en regardant nos traces juste en face de la crête blanche que nous avons gravie !

Dans la chambre, nous faisons quelques exercices de cordes et plan carto, j’avoue que la fatigue m’a fait un peu perdre le fil des noms sur la carto…

Dimanche 28 : petit dénivelé raide bien gelé et comme je suis fatiguée ce matin, je me souviens bien qu’il m’a demandé des efforts ! mais la lumière magnifique du lever de soleil sur les rochers me réconforte. On retrouve encore de la meilleure neige, poudreuse, avant de redescendre au refuge Laval. Et on termine par un pas du patineur sur plusieurs kilomètres, qui finalement n’a pas été si difficile… faut garder la forme ! Au parking, nous trouvons des personnes qui nous redescendent chercher une voiture à Névache car il n’y a plus assez de neige. Fin de cette belle itinérance.

Une vallée à venir ré-explorer quand il y aura plus de neige car de nombreux refuges en étoile permettent de faire une itinérance très agréable avec des belles pentes à skier bien exposées nord. Au final, trois jours de rêve sous le soleil ! Merci Hugues, merci Escalagou, merci mes partenaires pour ces bons moments.


Il s’agit du dernier stage de cette saison hivernale car malheureusement le grand raid prévu sur cinq jours a dû être annulé pour des raisons logisitiques, de crise sanitaire et de météo.

La suite se déroulera au mois de mai/juin avec plusieurs journées Ecole alpinisme/Grandes voies/Terrain d’aventure, essentiellement dans l’Hérault (Caroux, Hortus, Jonte). Ces stages auront, entre autre, vocation à préparer les participants aux deux ou trois stages alpinisme prévus en juillet.