Se licencier Pratiquer

Trois champions du monde handi-escalade français à Briançon

La ville de Briançon (05) accueillait ces 16 et 17 juillet, le Championnat du monde handi-escalade. Une compétition qui a rassemblé plus de 200 athlètes. L’équipe de France y décroche 6 médailles au total, dont cinq d’or et permet à la France d’accéder au statut de meilleure nation mondiale dans la discipline. Un titre qu’elle conserve depuis le Championnat du monde de Paris, en 2016. Retour sur la première soirée de finale, sacrant trois athlètes.

Lucie Jarrige, championne du monde AL2 2019

Après une phase de qualification mitigée, au cours de laquelle Lucie Jarrige s’est vue stoppée dans sa deuxième voie pour s’être équilibrée par mégarde à l’aide d’un trou de vis dans le mur, la Française a littéralement survolé la finale en étant la seule à sortir sa voie. Lucie Jarrige a ainsi remporté, mardi soir son 3e titre de championne du monde dans la catégorie amputée jambe. Elle devance Joanna Newton (GBR) et Jaqueline Fritz (GER).  

« Comme à son habitude, Lucie est arrivée extrêmement motivée dans sa voie de finale. Une voie qu’elle enchaîne avec panache, témoignant de sa grande puissance et de son extraordinaire combativité, témoigne Sébastien Gnecchi, entraîneur national. Elle vient de nous prouver qu’elle avait encore fait énormément de progrès. »

Romain Pagnoux, champion du monde RP3 2019 & Mathieu Besnard, vice-champion du monde RP3 2019

Entre Mathieu Besnard et Romain Pagnoux, la compétition est généralement très serrée. Les deux Français flirtent avec le même niveau. Au championnat de France déjà, les deux hommes avaient sorti leur voie de finale et avaient été départagés au temps, en faveur de Mathieu Besnard. Le scénario s’est reproduit ce mardi soir, en finale de Championnat du monde, mais cette fois-ci, c’est Romain Pagnoux qui a été le plus rapide à sortir la voie, côtée 8a+. Avec 11 secondes d’avance, il s’impose devant son compatriote Mathieu Besnard et décroche son 2e titre de champion du monde. Gregor Selak (SLO), très à l’aise également complète ce podium. « Mathieu et Romain sont vraiment au-dessus des autres en terme de niveau.Tous les deux savaient que la voie était à leur portée, aussi aucun d’entre-eux n’a pris de point de repos. La victoire pour le titre mondial s’est donc jouée sur une petite hésitation de Mathieu dans le haut de la voie, malgré une escalade très rythmée », confirme Sébastien Gnecchi.

Thierry Delarue, champion du monde AL2 2019

Le dernier podium français de la soirée de finale du mardi 16 juillet est décroché par Thierry Delarue, qui s’impose dans sa catégorie pour la deuxième année consécutive en Championnat du monde. Rien n’était pourtant gagné d’avance. En effet, en qualifications, Thierry Delarue est victime d’une zipette de sa prothèse et se qualifie de justesse avec son compatriote Julien Gasc pour la finale.

« Thierry était très tendu en début de voie, un pas l’inquiétait. Quand il l’a franchi, il s’est vraiment libéré et est monté très haut, jusqu’à devancer, d’une prise, l’Espagnol Urko Carmona Barandiaran, qui prend l’argent », explique Sébastien Gnecchi. Un second Espagnol, Albert Guardia Ferrer, complète ce podium. Julien Gasc passe à côté du bronze après un beau combat. Il termine 4e à une validation de prise du podium.