x Se licencier Pratiquer

Un nouveau partenariat avec Block Out

A l’origine, il y a une aspiration. Celle de travailler avec ces acteurs incontournables du milieu de l’escalade que sont les réseaux de salles privées. « En matière d’escalade, les réseaux privés et la fédération ont deux offres différentes mais complémentaires. Elles contribuent cependant toutes deux au développement de la pratique. Depuis longtemps des collaborations ponctuelles et fructueuses existaient, il était naturel qu’un partenariat ambitieux voit le jour. Il nous reste à transformer l’essai. Dans le nouveau paysage du sport, il est essentiel que les fédérations sportives et les réseaux privés se rencontrent, s’écoutent, se rapprochent et concourent chacun, avec leurs spécificités, au développement du sport. C’est un nouveau modèle d’organisation qui se construit. L’escalade est en passe de devenir un sport majeur, particulièrement prisé par les jeunes générations. Sa présence à Tokyo, et nous l’espérons tous à Paris en 2024, en sont la preuve », déclare Rémi Moutardier, vice-président de la FFME en charge du développement.

Si tous nous ont ouvert leur porte, une enseigne a montré un intérêt franc dans la perspective de travailler main dans la main avec la FFME : le premier réseau français de salles de bloc, Block’Out. « Block’Out est un des grands acteurs de notre milieu et la perspective de construire un partenariat d’envergure avec une marque aussi forte est particulièrement réjouissante. En tant que fédération, nous avons pour objectif de rassembler l’ensemble de la communauté de nos sports autour de nos actions. Il était temps que nous tissions un lien fort avec le premier réseau français de salles d’escalade de bloc », ajoute Florian Kunckler, directeur de la communication en charge des partenariats de la FFME.

Un partenariat et trois champs d’action

Ce début d’année, c’est un partenariat particulièrement novateur que la FFME a signé avec Block’Out. Au menu des actions en commun, un circuit national de compétition d’envergure qui se déroulera dans les salles du réseau Block’Out partout en France. Un circuit inscrit au calendrier fédéral pour sa première édition durant la saison 2019-2020 et dont les résultats seront comptabilisés pour le classement national.

En parallèle, chacune des salles du réseau Block’Out affiliée à la fédération proposera à ses clients pratiquants de se licencier à la FFME. En contrepartie, le département communication de la FFME fera évoluer le niveau de partenariat en faveur de Block’Out.

« C’est un fonctionnement original qui tient compte de la spécificité de notre nouveau partenaire. Spécificité qui nous a poussés à innover dans notre façon de concevoir ce partenariat. Avec cet accord historique pour la FFME, j’ai la sensation que nous y sommes parvenus », assure Florian Kunckler.

« Dans ce partenariat, nous ne faisons pas du mécénat. Nous avons choisi de mettre en place un système « gagnant-gagnant ». Associer notre image à celle de la fédération sera bénéfique à Block’Out. Proposer la licence FFME à nos pratiquants leur permettra, entre autres, de participer au réseau des compétitions fédérales, de pratiquer en bénéficiant d’une assurance pensée pour leurs besoins et d’avoir accès aux avantages offerts par la fédération. Enfin, nous avons souhaité nous associer à l’expertise de l’organisation de compétitions de la fédération pour proposer à nos clients un circuit optimal dans l’ensemble de notre réseau », explique Arnaud Pioger, co-fondateur de Block’Out.

Un partenariat qui ouvre de nouvelles perspectives

« Ce partenariat est tellement novateur qu’il revêt nécessairement un caractère expérimental. Il conviendra d’analyser objectivement, au fil des mois à venir, les bénéfices retirés par les deux parties. Au-delà des aspects d’image, de compétition et de promotion de la licence, d’autres idées de collaboration fructueuse pour les deux partenaires germent déjà dans les esprits et, si chaque partie y trouve son compte, pourraient être étudiées et faire l’objet de discussions », assure Rémi Moutardier.

« Nous avons tellement de sujets en commun avec la fédération que les perspectives d’évolution ne manquent pas. J’ai la sensation que la convention que nous venons de signer n’est que le début d’une collaboration fructueuse qui s’inscrira dans le temps », conclut Emmanuel Charruau, co-fondateur de Block’Out.