Se licencier Pratiquer

Une nouvelle voie d'ascension plus sûre pour l'Everest

A l’occasion d’une conférence de presse donnée le lundi 20 décembre dans les locaux du CNOSF, Marc Batard et l’association Montagne et Humanisme, présidée par Frédéric Thiriez, ont officialisé ce lundi 20 décembre l’ouverture d’une nouvelle voie d’ascension plus sûre pour l’Everest. Ce nouvel itinéraire permettra d’éviter la mortelle voie de l’Ice-fall, du glacier du Khumbu (16 morts dans une avalanche en 2014), seul passage emprunté depuis le début des ascensions par le versant népalais.

Le Nepal, représenté lors de cette conférence par l’Ambassadeur du Népal à Paris, M. Dipak Adhikari se rejouit de l’ouverture de cette nouvelle voie « Je suis ravi d’être ici. C’est un grand moment pour notre histoire et l’histoire de l’Everest. Il y a là une véritable volonté d’améliorer les conditions d’ascension de la part de Marc Batard. Cette campagne est une excellente chose pour tout le monde. Merci pour cette réussite et votre implication.« 


Marc batard est l’un des plus brillants alpinistes contemporains, actuel détenteur du record du monde de l’ascension de l’Everest en solitaire, sans oxygène et en moins de 24h et ajoute un engagement humaniste dans chaque expédition. Désormais, avec « Montagne et humanisme », et fidèle à ses convictions, il s’engage avec le SISHA dans la sécurité en haute altitude.

« Marc Batard est quelqu’un qui m’a fait rêver par ses exploits et c’est avec grand plaisir que je me retrouve aujourd’hui à ses côtés. Ce n’est pas seulement l’immense champion qu’il faut aujourd’hui célébrer, c’est aussi l’humain qui a toujours défendu une pratique éthique de la montagne. Il était réellement un des pionniers dans ce domaine. Pour tout cela, merci. » explique Alain Carrière, président de la FFME. Et de poursuivre « A la FFME, nous sommes très attachés à nos origines. En effet, la FFME, initialement FFM, œuvre pour le développement de l’alpinisme depuis sa création et continue aujourd’hui, avec notamment des formations montagne et les équipes nationales d’alpinisme féminine et masculine. L’alpinisme, et toutes les activités que l’on retrouve à la fédération, font notre richesse et nous continuerons, comme nous l’avons toujours dit et fait, à toutes les porter et à les développer. »

« Cette voie permettra de sauver des vies », Marc Batard

Partant du constat selon lequel l’accidentologie en haute altitude est beaucoup trop élevée, même si les victimes sont souvent d’excellents alpinistes, Marc Batard souhaite trouver un itinéraire plus facile que celui de l’Ice-fall pour permettre à tous, alpinistes, porteurs, travailleurs d’être moins mis en danger pendant l’ascension.  

C’est désormais chose faite.

En effet, le nouvel itinéraire franchit les contreforts du Nuptse jusqu’à un sommet sans nom culminant à 5 880 m, baptisé pour l’occasion pic Sundare, en hommage à Sundare Sherpa. S’en suit une arête neigeuse sur 400 mètres de dénivelé qui arrive directement dans la combe ouest, permettant ainsi de rejoindre le camp II (6 450 m) en évitant l’Ice-fall. Pour prendre cette voie, un autre camp de base devrait s’installer à 5 150 m au lieu-dit de Gorashep.

Pour Kilian Jornet, qui avait laissé un message vidéo pour conférence de presse, « cette nouvelle voie doit devenir la voie de référence, notamment pour les sherpas qui risquent leur vie tous les jours. Pour la sécurité de tous ! »

Cette nouvelle voie portera le nom de Teamwork-Marc Batard. Sans ce partenaire et son équipe d’alpinistes, Marc n’aurait jamais pu trouver ce passage et le rendre officiel si rapidement : « La nouvelle voie est déjà bien équipée et nous allons encore renforcer la sécurité au maximum pour éviter tout danger. C’est un véritable travail d’équipe qui a été rudement mené par mes accompagnateurs : 2 aspirants guides, mon fils, 2 sherpas, 2 alpinistes amateurs. Nous avons laissé sur place 1 000 mètres de cordes fixes que nous avons posées en 8 jours.« 

L’équipement définitif sera déposé dans une prochaine étape.

Le SISHA

En octobre 2022, aura lieu à Alberville, le premier Sommet International pour la Sécurité en Haute Altitude (SISHA) auquel 27 pays ayant des montagnes culminant à plus de 5 000 mètres ainsi que les experts, les Fédérations et Unions nationales et internationales devraient participer. Il s’agit de réunir tous les acteurs, venus du monde entier, afin de travailler sur les dangers en haute montagne et de faire évoluer la sécurité des alpinistes.

L’ouverture de cette voie s’inscrit parfaitement dans les projets et actions du SISHA et est d’ailleurs soutenue par les autorités népalaises.