Se licencier Pratiquer

Arthaud, Gibert, Monchois et Schalck en finale !

Nina Arthaud (CAF La Roche Bonneville), Fanny Gibert (Team Vertical Art), Mejdi Schalck (Chambéry escalade) et Nao Monchois (Club entre-temps) prennent leur place pour la finale de cette étape de Coupe du monde de Serre Chevalier – Briançon 2020.

Nina Arthaud impériale

Chez les femmes, la voie est difficile à lire :  beaucoup de prises la jalonnent. « Il fallait vraiment bien déchiffrer cette voie complexe, explique Cécile Avezou, entraîneure nationale en charge de l’équipe de France de difficulté. La moindre erreur de placement ou de choix de méthode était immédiatement sanctionnée. » Nina Arthaud, 20e  à l’issue des qualifications, compte parmi les premières françaises à partir dans la voie. Déjà finaliste sur la Coupe du monde l’année dernière ici même à Briançon, la jeune femme est déterminée. Rapide et précise dans son escalade, elle avance avec beaucoup de rythme et monte très haut, si haut que finalement une seule compétitrice la dépasse à l’issue de la finale : l’Italienne Laura Rogora. 

« C’est vrai que j’ai eu beaucoup de doutes à la lecture, confie Nina Arthaud. Je pense qu’il y avait pas mal de pièges au niveau des méthodes. Nous avons beaucoup échangé avec les autres filles de l’équipe en isolement. Finalement, quand je suis partie dans la voie, je savais exactement ce que j’allais faire. Je m’y suis tenue tout en me laissant grimper. J’avais vraiment envie de profiter de ce moment. Alors j’ai tout donné au niveau physique, jusqu’au bout. J’avoue qu’une fois au sol je me suis dit que j’aurai pu optimiser encore un peu ma grimpe. Mais en voyant le résultat, je suis vraiment contente ! »

La bloqueuse Fanny Gibert réalise elle aussi une belle performance, rapide et précise dans son escalade, elle décroche également son ticket pour la finale, sa première en difficulté.

Déception en revanche pour Julia Chanourdie (Albanais Vertical), 3e à l’issue des qualifications, qui manque de rythme dans un des passages les plus délicats de la voie. Elle termine 12e en chutant une prise au-dessous de Camille Pouget (Tournefeuille altitude grimpe – 11e).

Salomé Romain (Briançon escalade), Nolwenn Arc (Team vertical Art) et Ina Plassoux Djiga (GDO Quimper escalade) chutent toutes trois sur le même mouvement dynamique à mi-voix et se classent respectivement 18e, 19e et 21e.

Mejdi Schalck (Chambéry Escalade) et Nao Monchois (Club escalade Entre-temps) prennent une place pour leur première finale en Coupe du monde.

Chez les hommes, le début de voie malmène une bonne partie des premiers concurrents avant de les épuiser dans le gros dévers. « Cette demi-finale était extrêmement difficile, assure Sylvain Chapelle, entraîneur national en charge des équipes de France d’escalade. Il fallait prendre des risques et surtout anticiper et optimiser quelques mousquetonnages complexes, pour parvenir à se glisser en finale. »

Paul Jenft (Chambéry escalade) est le premier grimpeur à parvenir à gérer ces mousquetonnages, ce qui lui permet de rester longtemps en tête de la compétition. Il termine 10e, et une prise juste au-dessous d’Hugo Parmentier (Le 8 assure). Le Parisien offre une escalade rythmée et chute en allant chercher la prise qualificative pour la finale.

Le show de cette soirée est offert par Nao Monchois. Parti avec une genouillère, le jeune homme a anticipé un coincement de genou à la lecture. Un placement salvateur salué par le spécialiste François Legrand au micro. « Comme sur les qualifications, j’ai mis un peu de temps à vraiment rentrer dans la voie. Mais j’avais bien lu et j’ai pris les bonnes décisions, surtout au niveau des clipages. J’avoue que je n’avais aucune marge dans les mouvements. Je suis arrivé cuit au repos mais il m’a permis de bien me refaire avant de repartir. Je lui dois mon ticket en finale. Ma première finale en Coupe du monde. C’était vraiment mon objectif pour ce tour. Demain, c’est une nouvelle page blanche qui va s’écrire ».

Quelques minutes plus tard, Mejdi Schalck (Chambéry escalade) offre un spectacle de décontraction et de fluidité. Le plus jeune compétiteur de l’étape se classe 5e des demi-finale et décroche une place en finale pour sa première participation en Coupe du monde. « A la lecture, j’avoue que je ne sentais pas trop la voie, confie de Chambérien. Et même au moment de partir dans la voie, je n’avais toujours pas résolu la fin de la voie. Alors, je me suis laissé grimper, je n’ai pas trop réfléchi et je me suis battu jusqu’au bout. C’est incroyable pour moi d’être en finale. J’étais venu sur cette compétition sans aucun objectif, juste pour faire de l’expérience et voir ce que je pouvais faire, je ne m’attendais vraiment pas du tout à prendre une place en finale. »

Egalement très fluides dans leur escalade, Sam Avezou (E S Massy) et Diego Fourbet (Fournel Argentière club escalade) chutent au même endroit et se classent 12e et 13e.

Alistair Duval (CAF La Roche Bonneville), Jérémy Bonder (Cahors escalade), Léo Avezou (E S Massy), Adrien Lemaire (Team Block’Out) se classent respectivement 16e, 17e, 20 et 27e de ces demi-finales dominées par le Tchèque Adam Ondra.

« Nous avons vu beaucoup de belles choses ce soir, constate Sylvain Chapelle. Les jeunes Français étaient déterminés. Ils avançaient dans les voies, faisaient preuve d’engagement et beaucoup ont donné tout ce qu’ils avaient. Vivement les finales demain. »

Retrouvez les résultats complets 

Les photos de l’équipe de France

Le résumé des qualifications

Le replay des demi-finales

 

Ne manquez pas le live des finales, ce soir à partir de 18h30.