actualités

grande voix

nos partenaires

boutique

restez connectés

fiches ffme

écoute dopage Espace éco-citoyen FFME développement durable

Bassa Mawem et Anouck Jaubert en or

Escalade - 28/10/18 à 08:46

Bassa Mawem et Anouck Jaubert viennent, tous les deux, de remporter le classement général de la Coupe du monde 2018 de vitesse. En difficulté, Romain Desgranges prend la 3e place. Retour sur l'étape et réactions des athlètes.

Bassa Mawem et Anouck Jaubert en or
© FFME/ IFSC

Haute tension, ce dimanche matin, sur le site de la dernière étape des Coupes du monde de difficulté et de vitesse 2018 à Xiamen (CHN). Entre compétition, pronostiques, enjeux et calculs, les bleus ont su tirer leur épingle du jeu. Au final, l’équipe de France prend cinq podiums (deux sur l’étape et trois au classement général), dont trois victoires. Retour sur un des week-ends les plus denses de la saison.

Doublé en or pour Bassa Mawem.    

Bassa Mawem a gravi une montagne cette année : une première victoire en Coupe du monde en début de saison, un titre de vice-champion du monde en septembre dernier à Innsbruck, et ce dimanche, la consécration d’une saison avec un doublé en or.

Bassa Mawem s’est offert la victoire sur cette étape et remporte par la même occasion le classement général de la Coupe du monde 2018.

« Ce fut une année incroyable pour moi. Ce scénario de victoires en Coupe du monde, de médaille au Championnat du monde et de victoire au classement général de la Coupe du monde, je l’écris chaque année, pour mes sponsors, pour définir mes objectifs vis-à-vis de l’équipe de France, pour moi aussi. Et voilà que tout se concrétise, enfin. »

Sur cette dernière étape de la saison, Bassa Mawem a survolé la compétition. En tête depuis les qualifications, le Français n’a cédé le moindre centième de seconde à aucun de ses adversaires, et ce jusqu’au duel final. Face à l’Iranien Aspar Jaelolo, Bassa Mawem signe même son meilleur chrono en compétition : 5’’60.

« Comme je m’y applique à chacun de mes entraînements, j’avais gardé le meilleur pour la fin, confie le champion. J’y ai décroché mon record personnel, une victoire sur l’étape et l'or au classement général. Quel bonheur. Maintenant que j’ai réalisé tout ça, il ne me reste plus qu’à battre le record du monde, monter sur la première marche des Championnats du monde, et surtout réaliser mon principal objectif pour la saison prochaine : me qualifier pour les Jeux Olympiques de Tokyo. Demain, je rentre en France, pour retrouver mon frère, Mickael Mawem. Au programme : entraînement, entraînement, encore et encore, pour atteindre ensemble cet objectif. »

« Bassa a été d’une remarquable régularité tout au long de cette saison, assure Sylvain Chapelle, entraîneur national en charge de l’équipe de France de vitesse. Là où il se faisait battre pour quelques centièmes les années précédentes, c’est désormais lui qui tope en premier. Il a su prendre, au fil de la saison, de plus en plus d’assurance et d’expérience. »

Deuxième Français en lice sur cette étape, Guillaume Moro sort en 8e de finale et termine 12e de la compétition.

Anouck Jaubert remporte le classement général pour la 2e année consécutive.

Depuis la précédente étape, la semaine dernière, Anouck Jaubert le savait : cette victoire au classement général, elle l’avait en poche, quel que soit son résultat sur cette dernière étape.

« Elle avait néanmoins à cœur de finir en beauté, témoigne Sylvain Chapelle. Mais, en demi-finale, au coude à coude avec l’Indonésienne, Anouck fait une petite erreur en fin de run, qui la prive de finale. En petite finale, elle se bat et gagne une médaille de bronze, qui clôture une magnifique saison. Cette victoire au classement général est  d’autant plus remarquable que depuis le début de la saison, Anouck s’était engagée dans la préparation olympique. »

« Tout ce que j'ai mis en place cette année a été pensé dans l'objectif de progresser sur le format du combiné olympique. Conserver un très haut niveau en vitesse faisait partie de la stratégie, mais je craignais de ne pas pouvoir rivaliser avec les grimpeuses qui restaient spécialisées. Cette Coupe du monde n'était donc pas un objectif en soi. Pourtant la surprise n’est pas totale, cette victoire prouve bien que la combinaison des trois disciplines n'est pas délétère à l’escalade de vitesse, explique Anouck Jaubert. Cependant, c'était étrange de savoir que j'avais gagné le classement général dès la semaine dernière. Pour moi, la saison n'était pas finie et j'avais du mal à m'en réjouir. J’avoue que j’aurais aimé finir sur une victoire, pour enfoncer le clou et savourer pleinement cette fin de saison. Mais les choses se sont présentées autrement. Cette 3ème place témoigne de ma régularité sur toute la saison. Je suis fière de remporter à nouveau ce titre que j'avais eu tant de mal à obtenir. Je suis vraiment ravie que Bassa remporte également le classement général. Tout d'abord parce qu’il le mérite énormément, mais également parce que cela montre que la France est bien présente et installée dans le top mondial en vitesse. Prochaine étape pour moi : le Championnat de France du combiné à Toulouse, après quoi, je prendrai mon repos annuel pour repartir ensuite, à fond, dans la sélection pour les JO ! »

En finale féminine également, Victoire Andrier fait une erreur en bas de voie, ce qui l’empêche de tenir tête à Iuliia Kaplina, numéro 1 des qualifications. Elle se classe 14e de l’étape.

« Quand j’ai commencé à entraîner cette équipe de France de vitesse, je rêvais qu’un athlète français gagne une étape de Coupe du Monde, un jour, et pourquoi pas même l’un d’entre eux remporterait le classement général. Cette année, trois athlètes ont été médaillés (Anouck Jaubert, Bassa Mawem et Victoire Andrier), et le plus incroyable, témoin de tout ce chemin parcouru, Anouck et Bassa remportent le classement général de la Coupe du monde. Un magnifique cadeau. » Sylvain Chapelle, entraîneur national

En difficulté, Romain Desgranges prend le bronze

Romain Desgranges a su conserver sur cette étape sa 3e place provisoire au classement général de la Coupe du monde de difficulté 2018. Après un Championnat du monde marqué par la malchance, la saison se termine pour le mieux pour le leader français de la discipline.

«  Cette finale était la dernière voie de la saison pour moi.Je suis sincèrement content d’avoir pu y participer et de m’être battu pour ce podium au classement général. Même si je reste un peu sur ma faim dans cette dernière voie, où je chute sur un pas délicat, cette sixième place aujourd’hui me permet néanmoins de monter sur la troisième marche du podium, ex-aequo avec Domen Skofic (SLO). J’en suis très heureux, c’est la troisième année consécutive que je décroche une médaille au classement général de la Coupe du monde de difficulté, comme quoi je ne suis pas encore trop vieux pour ce jeu-là », s'amuse Romain Desgranges.

Chez les femmes, Manon Hily termine 14e de l’étape, mais prend la très belle 4e place au classement général de la Coupe du monde, au terme d’une saison particulièrement intense.

«  Je suis vraiment satisfaite de cette saison et de ma régularité. Je nourris une légère frustration pour les quelques finales qui m'ont échappé. Néanmoins, j’étais loin de m’attendre à une telle saison à l’internationale, quand j’ai commencé cette année 2018. En effet, j’ai participé à toutes les étapes de la Coupe de France, puis toutes les étapes de la Coupe du monde. Je suis vraiment heureuse de ce que j’ai accompli pour ma première année au niveau international, et bien fatiguée aussi », confie Manon Hily.

 

Fanny Gibert, médaillée de bronze au classement général de la Coupe du monde de bloc 2018, était elle aussi en Chine. La leader française du bloc a participé aux épreuves de difficulté et de vitesse des étapes de Wujiang et de Xiamen. Demi-finalistes en difficulté sur les deux étapes, Fanny Gibert a terminé 16e à Xiamen. La Française nourrirait-elle un objectif olympique ?

« En effet, j’ai eu l’opportunité de participer à ces étapes de Coupe du monde en Chine, et j’ai trouvé l’idée très intéressante. J’aime relever de nouveaux défis et j’étais curieuse d’aller tester ma valeur sur une Coupe du monde de difficulté. Dans tous les cas, la variété des contraintes est toujours bénéfique, que ce soit à l’entraînement ou en compétition, aussi je suis bien contente de cette expérience que je poursuivrai à Toulouse, à l’occasion des Championnats de France du combiné. Pour le moment, je ne suis pas encore certaine de me lancer dans la préparation des JO. Je vais attendre d’avoir vraiment toutes les cartes en main pour bien mesurer ma décision. »

 

Retrouvez les résultats complets

 

Equipe de France d'escalade